Home / Français / Arrestation de 4 soldats impliqués dans des exactions, selon des sources sécuritaires

Arrestation de 4 soldats impliqués dans des exactions, selon des sources sécuritaires

Jeune Afrique | Quatre soldats camerounais ont été arrêtés après la diffusion d’une vidéo devenue virale montrant de présumés membres de l’armée exécutant sommairement deux femmes et leurs deux enfants, accusés d’être des jihadistes de Boko Haram.
« À ce jour, quatre militaires ont été arrêtés dans le cadre de l’enquête sur la vidéo qui a été diffusée sur les réseaux sociaux », a déclaré l’une de ces sources à Maroua dans la région de l’Extrême-Nord où les faits se seraient déroulés.

L’information a été confirmée par une autre source proche de l’armée, à Yaoundé. « Dans un premier temps, trois militaires ont été arrêtés alors qu’ils étaient encore déployés dans l’Extrême-Nord » dans le cadre de la lutte contre Boko Haram, a expliqué cette deuxième source.

Selon elle, ces militaires seraient directement impliqués dans les faits exposés par la vidéo en cause. « Ils sont issus de l’Armée de l’air et étaient déployés à Mabass », village du département du Mayo-Tsanaga, dans l’Extrême-Nord proche du Nigeria, pays d’origine de Boko Haram, a-t-elle rapporté.

Leur audition a permis de mettre la main sur un quatrième militaire qui n’était pas présent au moment des faits, mais aurait joué un rôle dans les assassinats, a-t-elle encore ajouté sans donner plus de détail.

Selon cette source à Yaoundé, les enquêteurs veulent comprendre si l’exécution des deux femmes et de leurs deux enfants est un fait isolé ou si d’autres actes similaires ont pu avoir lieu au sein de l’armée.

« Preuves crédibles »

« Au sein de l’armée, ici dans la région, il n’y a pas de doute sur l’authenticité de la vidéo. Certains militaires ont clairement fait part à leurs collègues impliqués de leur désapprobation, indiquant qu’ils étaient des professionnels », a relaté la source proche de l’armée à Maroua. L’armée camerounaise est engagée dans la région de l’Extrême-Nord pour contrer les incursions fréquentes de combattants du groupe jihadiste nigérian.

Le 11 juillet, lendemain de la diffusion de cette vidéo très violente, le gouvernement camerounais avait déclaré avoir ouvert une enquête, tout en qualifiant la vidéo de « fake-news » et d’ »horrible trucage ».

Amnesty International avait quant à elle affirmé avoir des « preuves crédibles » que les hommes armés exécutant les civils dans cette vidéo virale sur Internet étaient des militaires camerounais. Les uniformes que portent les hommes dans la vidéo sont « communément portés par des personnels de l’armée » camerounaise, avance notamment l’ONG.

CERTAINES PERSONNES SONT CLAIREMENT IDENTIFIABLES » DANS LA VIDÉO, SELON AMNESTY

« Certaines personnes sont clairement identifiables » dans la vidéo, écrit dans un communiqué Samira Daoud, directrice du bureau Afrique de l’Ouest d’Amnesty, appelant à une « enquête impartiale » pour que les militaires présumés responsables ne se « tirent pas impunis d’un acte aussi odieux ».

Mercredi, le Royaume-Uni s’est dit « profondément préoccupé » par cette vidéo, demandant au président camerounais Paul Biya, 85 ans, dont 35 au pouvoir, une « enquête urgente ». La veille, les États-Unis avaient également demandé une enquête « totale et transparente » sur l’exécution de ces deux femmes et de leurs deux enfants.

L’armée camerounaise est régulièrement accusée par des ONG de perpétrer des exactions contre des personnes soupçonnées d’appartenir au groupe Boko Haram, ce qu’elle a toujours démenti. Contacté par Jeune Afrique, le ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary, a contesté la réalité de ces arrestations et assuré que le gouvernement communiquerait prochainement sur l’avancée de l’enquête.

Check Also

Présidentielle au Cameroun : « Nous allons délocaliser certains bureaux de vote en zone anglophone »

Jeune Afrique | Organisation du scrutin dans les zones touchées par la crise anglophone, bureaux …

7 comments

  1. Why u want know?

    I thought this was fake news? Did Issa Chiroma and colonel Badjeck not refute this video as not from cameroon or cameroonian armies and therefore fake? These pple act instinctively without thoughts or reflections. But what difference ll the arrestations make? As soon as the world looks the other by some other attraction, this one ll be forgotten

    • You are right..But why do they keep talking and not showing any proof of the said soldiers in custody….Banana republique
      They have not arrested anyone..
      If they did..where are their pictures being in prison like i earlier said.Thieves

  2. SEPARATIST aka SECESSIONIST

    LRC is a country ruled by deceit, deception and terror.

    LRC terrorist soldiers perpetrate war crimes. Tchiroma and Badjeck claim that it was

    1. FAKE NEWS. Amnesty International proved beyond the reasonable doubt it was ZERO FAKE NEWS
    2. a scene in Mali. The Malian Government protested in writing
    3. it was the handiwork of Prof. Patrick Nganang. The learned prof. has threatened to drag LRC before a US court for defamation

    As a corollary, four months ago, the Minister of public health claimed that there was monkeypox in SC This despicable lie has further confirmed the thesis that that LRC is a country ruled by liars and criminals. The Minister in charge of the prison is an ex-convict and murderer. WONDERS SHALL NEVER END!!!

  3. Wow, the Malian soldiers Mbappe talked about the other day have been arrested!

  4. Should this incident come as a surprise to any Cameroonian or observer of the Cameroonian scene? As far back as July 14, 2017, a soldier in Kousseri, far north province pulled out his gun and opened fire and killed his superior officer and three alleged female accomplices that he accused of facilitating trysts between his lover and his boss.
    The cold blooded murder of two mothers and their children fits a well established pattern indeed.

    What is interesting and worth investigating is whether this is the kind of training US officers are giving to Cameroonian soldiers.

    And yesterday, Felix Tantoh Ngang, a businessman and proprietor of Miss Bright Hotel in Bomaka, Mile 17 was murdered in his hotel. Before him was Col. Eyong Tambo killed in Bamenda, Obi Okpan of Pamol killed in Limbe,

    • It is a long list of persons of English-speaking Cameroon, slaughtered under mysterious circumstances. The noise about investigation or commission rises a few decibels and then dies as more persons join the slaughter line. Proprietors of Nangah Company Ltd, Che Company Ltd, Niba’s Automobile, Peter Ndifor’s Toyota Business, Kilo Brothers, etc etc

      They all left this land one by one. Not a single lesson came through watching the famous Bruce Lee series where helpless succumbed one by one instead of joining forces to take on the monster before them.
      The Mbah Ndams, Ekema Patricks, Mbella Mokis are said to have moved camp to LRC. I hope this offers them protection lacking among their own people.

  5. Investigation on-going pour Je suis dans L’eau-murdered Bishop Bernard Bernoit- it is 2 years plus now! Tchiroman still believes this man of God was not murdered!