Home / Français / À peine 20% de la population planifie les naissances

À peine 20% de la population planifie les naissances

Le sujet au centre d’un point de presse du ministre de la santé publique, André Mama Fouda, ce jeudi 13 juillet 2017 à Yaoundé

Malgré les efforts des autorités sanitaires à sensibiliser les populations sur la nécessité d’espacer les naissances, des poches de résistance subsistent encore, en ce qui concerne en particulier le recours aux méthodes contraceptives modernes, comme le préservatif, le stérilet ou la pilule. Au Cameroun, le taux de pénétration de la contraception au Cameroun est de 14% indique la même source.

Selon par exemple les statistiques actualisées d’une enquête menée par le projet d’appui à la santé de reproduction, seulement 10, 6% des personnes utilisent les contraceptifs modernes dans la région de l’Adamaoua. Sur le plan national, la prévalence contraceptive est estimée à 16% d’après l’indication du ministre de la santé ce jeudi lors de son point de presse. Pourtant, 30 millions de préservatifs masculins et 6 millions de préservatifs féminins sont utilisés par an. D’où l’urgence d’intensifier les campagnes de sensibilisation sur l’ensemble du territoire national.

La vie des mères et la situation économique des couples en dépendent, ce d’autant plus que les chiffres à disposition sont inquiétants. L’Institut de formation et de recherche pour le développement (IFORD) renseigne que au moins 175 000 grossesses sont expulsées par an au Cameroun.

La majorité de ces femmes ont pratiqué un avortement clandestin. Toujours d’après l’Iford, 490 000 femmes se sont retrouvées avec une grossesse qu’elles n’ont pas souhaité porter. Ce qui permet dire à Gervais Beniguissé, enseignant chercheur à l’IFORD de conclure que « Les avortement clandestins sont plutôt la conséquence de la faible utilisation ou de l’échec de la politique contraceptive.»

Pour lui, « la planification familiale peut résoudre ce problème et faire économiser 2,5 milliards de FCFA chaque année à l’Etat ». « Les préjugées, les barrières socioculturelles, la religion, le manque d’information, l’ignorance pour les bénéficiaires sont de prime abord des obstacles à la pénétration de la contraception dont le taux jusqu’ici fixé à 14%, d’après les résultats de l’Enquêtes démographiques de santé de 2011», poursuit le chercheur.

Si les enfants sont perçus comme un prestige, une source de richesse en Afrique, le contexte de précarité économique n’est de pas nature à conforter cette assertion qui résiste à la dynamique de la société.

D’ici 2020, le Camaroun prévoit d’atteindre un taux de pravalence de 30%, ce qui permettra aux femmes de décider librement, et quand avoir les enfants. Ainsi, 42% des décès maternels peuvent être évités. Autre engagement du gouvernement pour les deux prochaines décennies, la mise en place d’un mécanisme de subvention des services de planification familiale pour les cibles les plus vulnérables, à savoir les adolescents et les femmes.

CRTV

Check Also

La projection d’un film sur Rigobert Song annulée en dernière minute

APA – Douala (Cameroun) – La projection du film documentaire «Rigobert Song: aux frontières de …