Home / Français / Vers un nouveau comptage physique des salariés publics

Vers un nouveau comptage physique des salariés publics

APAnews | Une opération de comptage physique des personnels de l’État (COPPE) sera lancée «dès la période de paie du mois d’avril courant» au Cameroun, a informé dimanche, le ministre des Finances, Louis Paul Motaze.

Cette opération «obligatoire», qui rentre dans le cadre du processus de rationalisation de la dépense salariale et s’étale jusqu’en juin prochain, «a pour but d’identifier et d’expurger du fichier solde de l’État tous les agents publics y émargeant irrégulièrement du fait d’une absence non justifiée, d’une démission ou d’un décès non déclaré», explique le ministre.

La collecte des données y relative s’effectuera ainsi auprès des banques, établissements de microfinance et des postes comptables assignataires.

Le recensement physique des salariés du public, note-t-on, a été annoncé dans la circulaire présidentielle relative à la préparation du budget de l’État pour le compte de l’année 2018.

En août 2015, le ministère de la Fonction publique avait menacé 10375 agents publics de radiation du fichier solde de l’État au cas où ils ne se pliaient pas sous huitaine aux opérations de recensement physique destinées à détecter les salariés fictifs dans leurs administrations respectives.

Le phénomène de fonctionnaires fictifs, note-t-on, semble faire de la résistance au Cameroun en dépit des multiples opérations de dénombrement physique des salariés de l’État.

Début avril 2010, l’on apprenait que 15.000 nouveaux fonctionnaires fantômes, qui s’ajoutaient à 200 autres agents de l’État ayant atteint l’âge limite de la retraite et qui, par divers trucages, continuaient d’émarger dans les caisses publiques, avaient été débusqués dans le fichier solde, percevant des indemnités et des salaires indus avec un lourd préjudice pour le Trésor public.

En mars 2009, 3000 autres agents fictifs étaient découverts dans le fichier solde public pour la période 2003-2005, le mode opératoire prenant sa racine au niveau des recrutements et l’évolution des carrières.

En novembre de la même année, le ministère des Finances révélait que la traque aux fraudeurs avait permis de réaliser des économies budgétaires de l’ordre de 5 milliards FCFA chaque mois, pour une masse salariale mensuelle fluctuante alors estimée à 53 milliards FCFA.

Check Also

Rumours of secessionists’ infiltration wary Dschang, Fongo Tongo, Mungo officials

Journal du Cameroun | Fear has gripped some administrative and security officials in some towns …

10 comments

  1. This is time that those who criticize but still earn salary without working will be flying back home to present themselves for counting.It shouldn’t be announced.

    • This is the result when the top – down accountability is broken. Every manager should know who he/she manages and who is present. Those who are awol should face administrative action swiftly. In any functioning society, within the first month that follows.
      But because everything is centralized and happens in Yaounde, there is no ownership of responsibility as everything becomes Yaounde’s problem.
      Until the system is completely overhauled we will hear of this year in year out….
      its shameful that in today’s technologically enabled world such archaic tactics have to be employed.

  2. That’s how stupid this government is. Stay quite and pay by cash is the person doesn’t show up no salary. Now our tif bros and Sis will try to beat the system some how. What will it cost someone to sacrifice coming to Cameroon 3 times in the next 3 months knowing his loot will continue to flow after that?

  3. Le Cameroun. Plus cela change, plus cela rested le meme.
    Many moons ago, there was ANTILOPE and Inoni ended up in Kondengui. Then came SIGIPES I, II, and III over the years. Still no change as the dead, the absconded, the absentee continued to feature on the bloated wage bill of the nation.
    Fortunately Christine Lagarde and her crew at the IMF are there to look the other way and keep it going. On the eve of important elections what could be better than such a patriotic gesture of the newly minted MINFI?

  4. c’est une idée à feliciter. l’administation Cameroun doit veiller sur les depenses. les salairiers doivent se conformer. au dela que cela soit important pour le developpement de notre pays, la mentalité des agents de l’Etat doit changer.

  5. Le président Paul Biya veut un nettoyage au sein de l’appareil de l’Etat du Cameroun. Le comptage physique des salariés publics est une opération qui permettra à l’Etat de récupérer beaucoup d’argent.

  6. Les salariés publics doivent faciliter à l’Etat du Cameroun le travail dans ce sens-là car enlever les salariés fictifs peut permettre une réévaluation des salaires au Cameroun parce que l’Etat n’a pas une bonne visibilité du cout salarial annuel du Cameroun à la fonction publique.

  7. Cette opération vise ainsi une maximisation de la transparence dans les dépenses de l’Etat du Cameroun en matière payement du salaire. L’Etat veut se fixer sur ce qu’il doit souvent débourser chaque année afin de Controller le taux de chômage au Cameroun.

  8. Le comptage des salariés publics permet ainsi à l’Etat de maitriser ses efforts dans la lutte contre le chômage au Cameroun. Il est donc important que cette opération se déroule normalement comme le souhaite le président Paul Biya.

  9. Ce comptage des agents de l’Etat vise aussi deux objectifs de l’Etat du Cameroun : maitriser le flux de recrutement des chômeurs au Cameroun ; l’assainissement des caisses de l’Etat dans les détournements de fonds publics.