Home / Français / Deux gendarmes tués en zone anglophone au Cameroun

Deux gendarmes tués en zone anglophone au Cameroun

Deux gendarmes camerounais ont été tués dans la nuit de mardi à mercredi par “des terroristes sécessionnistes” à Bamenda (nord-ouest), l’un des épicentres de la contestation anglophone.
Aux environs de 3 heures du matin, selon des sources sur place à Bamenda, chef lieu du nord-ouest, une patrouille mixte, constituée de gendarmes et policiers, a été attaquée par des individus armés et non identifiés.

L’incident, qui a fait deux morts, s’est produit sur la route qui mène vers l’aéroport de Bamenda, en direction de la localité de Bafut. Une journaliste, joint par VOA Afrique, confirme “l’assasinat” de ses deux gendarmes.

Un gendarme, venu en renfort au lycée à Bayelé, est tombé dans le piège des assaillants, qui l’ont froidement abattu avec leurs armes.

Bayelé est situé sur la route de l’école normale de Bambili, non loin du centre de formation du club de football “Lions Club Academy”.

Que s’est il passé ?

Lors des échanges de coup de feu, un gendarme aurait perdu la vie.

L’autre gendarmerie aurait été la cible d’une brusque attaque alors qu’elle veillait sur la sécurité d’une école, le lycée de Bayelé, a confié le reporter d’une radio émettant à Bamenda.

Difficile de le savoir à l’heure actuelle avec exactitude les circonstances du décès de ces deux gendarmes.

Les autorités de la région du nord-ouest – le gouverneur et l’Etat major de l’armée et les responsables de la police – étaient encore en réunion de crise mercredi matin jusqu’à 11h30 TU.

Personne ne sait les raisons pour lesquelles des tirs de coup de feu ont été entendus mercredi matin au lieu dit “off station” au centre-ville de Bamenda. Il était 2 heures du matin, affirme une source joint par VOA Afrique depuis Bamenda.

Si les activités se déroulent normalement dans la ville, selon une source de médias, l’entrée de la ville est restée bouclée pendant des heures mercredi jusqu’à 6 heures TU.

C’est le troisième décès de gendarmes enregistré depuis le début de la semaine dans le nord-ouest du Cameroun.

Le premier, le 6 novembre dernier, un gendarme venu en renfort pour défendre un établissement scolaire a été attaqué par des individus non identifiés.

VOA

Check Also

Paul Biya salue la mémoire de quatre militaires tués par des sécessionnistes camerounais

One comment

  1. why and how where they killed?
    i guess while cpdm was celebrating 35 HELL years of dictatorship the gendarmes were sacrificed right!!!!!