Home / Français / Me Harissou soulagé après «trois ans de calvaire et d’humiliation»

Me Harissou soulagé après «trois ans de calvaire et d’humiliation»

RFI | Au Cameroun, Maître Abdoulaye Harissou a pu savourer lundi 13 novembre sa première journée de liberté. Il est sorti de la prison principale de Yaoundé dimanche soir, quatorze jours après la décision de justice qui ordonnait sa remise en liberté.

Maître Harissou

Le notaire de Marafa Hamidou Yaya, ancien secrétaire général à la présidence qui purge une peine de 25 ans de prison pour détournement de fonds publics, avait été condamné à trois ans de prison. La justice lui reprochait de ne pas avoir dénoncé une tentative présumée de coup d’Etat préparée depuis la Centrafrique. Il se dit soulagé après trois années de calvaire.

« Je suis très, très heureux, je suis très soulagé, a réagi Me Abdoulaye Harissou, lundi après sa libération. J’ai passé trois ans de ma vie détenu pour rien : trois années de calvaire, trois années d’humiliation par les responsables de la prison. Même ma famille qui venait pour m’apporter des repas était tout le temps malmenée, humiliée. Ils n’avaient vraiment aucune considération pour ma personne. J’ai passé vraiment trois années de calvaire et d’humiliation. Ce n’est pas facile à oublier. »

Pour lui, sa condamnation est la conséquence de ses liens avec Marafa Hamidou Yaya, l’ancien secrétaire général de la présidence, lui-même en prison. « J’ai le sentiment, je suis même convaincu que j’ai payé le fait que je suis un ami très proche de M. Marafa qui a tous les déboires que vous connaissez avec l’Etat du Cameroun. Ceux qui voulaient faire des règlements de compte politiques à M. Marafa s’en sont pris à moi et je me suis retrouvé comme ça injustement trois ans détenu », explique-t-il.

J’ai le sentiment, et j’en suis même convaincu, que j’ai été pris dans une affaire qui ne me concernait pas et qui était au-dessus de moi.

Me Abdoulaye Harissou

Aujourd’hui, il est soulagé : « Quand vous n’avez pas été en prison, vous ne pouvez pas mesurer l’importance de la liberté. »

Me Harissou a interjeté appel pour que son innocence soit reconnue. Son coaccusé, l’opposant Aboubakar Siddiki a fait de même. Il purge une peine de 25 ans de prison ferme par le tribunal militaire de Yaoundé qui l’a déclaré coupable d’« hostilité contre la patrie ». Une décision « inique », selon l’avocate de l’opposant. Amnesty International a estimé qu’Aboubakar Siddiki avait été condamné au terme d’un « procès injuste ». L’ONG appelle à sa libération.

Check Also

China to build a new National Assembly building in Cameroon

China-zd | Based on a story posted September 12, 2017, and prior to the fire …

3 comments

  1. The hallmarks of a lawless country. Nothing more nothing less.

    A supreme court Justice was arrested WITHOUT a warrant of arrest, held incommunicado for over 8 months WITHOUT charges and then released by Presidential decree WITHOUT an apology or compensation. The justice has dragged LRC before the African Court. He is demanding one hundred BILLION FCFA as special and general damages. His chances of success is 99.99%.

    The kangaroo judiciary in LRC is at the beck and call of the Dictator. How sad !!

  2. “Quand vous n’avez pas été en prison, vous ne pouvez pas mesurer l’importance de la liberté.”

    Me Harissou Abdoulaye

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

 characters available