Home / Français / Les Camerounais regardent le Zimbabwe avec intérêt

Les Camerounais regardent le Zimbabwe avec intérêt

VOA | Au Cameroun, l’opinion publique s’est appropriée le sujet de la démission de Robert Mugabe à la tête du Zimbabwe après 37 ans de règne, et pour cause: le président du Cameroun compte 35 ans au pouvoir, soit deux années de moins que l’ancien président du Zimbabwe.

Dans les rues de Yaoundé mercredi matin, dans les colonnes de journaux, les programmes de radio et surtout sur les réseaux sociaux, la transposition du cas Mugabe au Cameroun est évidente.

Après la démission de Robert Mugabe, certains Camerounais entrevoient un probable scénario pour leur président.

“On ne devrait pas en être surpris”, pense le sociologue en développement, Serges Aimé Bikoi, enseignant à l’Institut Siantou Supérieur à Yaoundé.

Selon lui, “dans l’imagerie populaire au Cameroun, le cycle du Zimbabwe pourrait générer au Cameroun”.

Il ajoute que “lorsque quelqu’un a déjà fait 30 à 35 ans au pouvoir, il y a des signes de lassitude qui sont davantage constatés au sein de la population. En plus, le peuple est aujourd’hui enseigné sur ce qui se passe ailleurs”.

“On comprend pourquoi la démission de Mugabe peut également être théâtraliser au Cameroun”, conclut-il.

Le Cameroun est-il si proche du Zimbabwe ? Paul Biya devrait-il lui aussi démissionner comme Mugabe ? Tout le monde ne partage pas cet avis. “A chaque nation, son histoire”, estime Jean Baptiste, un jeune militant du parti au pouvoir.

Il renchérit que “le Cameroun n’est pas le Zimbabwe, Paul Biya n’est pas Robert Mugabe, Chantal Biya n’est pas Grace Mugabe, enfin au Cameroun, l’armée ne fait pas de la politique comme au Zimbabwe”.

Le président Paul Biya “est notre champion, soutenu à la base”, lance-t-il avec fierté.

Mais sur les chaînes de radio urbaines à Yaoundé, la démission de Mugabe déchaîne plus de passions et les auditeurs tirent à boulet rouge sur la longévité au pouvoir des chefs d’Etats africains.

“Nous avons, à la tête de nos États, des petits despotes qui organisent des pseudo-élections pour se cramponner au pouvoir. Dans un pays où l’on vous dit qu’un président a été élu 4, 5, 6 fois, c’est tout sauf une élection”, a déclaré un auditeur sur les antennes de Magic FM, dans le programme “Magic Altitude”.

À l’entrée du marché central de Yaoundé, VOA Afrique a pu constater un regroupement de vendeurs qui discutaient du départ de Mugabe après 37 ans de règne.

Interrogé par VOA Afrique, l’un d’eux prénommé Ange soutient que “les mandats présidentiels devraient être de 5 ans renouvelables une seule fois dans les pays africains pour éviter que les leaders s’éternisent au pouvoir”.

Un autre vendeur ayant requis l’anonymat invite les autres doyens africains au poste de président à emboîter le pas à Robert Mugabe en quittant le pouvoir. “Je ne cite pas les contemporains”, se défend-t-il.

Au cours d’une conférence de presse en juillet 2015 au Palais de l’Unité à Yaoundé, lors de la visite de François Hollande au Cameroun, Paul Biya semblait narguer ses détracteurs sur sa longévité au pouvoir.

“Ne dure pas au pouvoir qui veut, mais dure qui peut”, avait-il répondu à un journaliste français, qui souhaitait savoir s’il céderait sa place à quelqu’un d’autre en 2018.

Le 6 novembre 2017, cela faisait 35 ans que Paul Biya accédait au pouvoir. Et personne ne sait, si à 86 ans, il se présentera ou pas à la prochaine élection présidentielle prévue en octobre 2018.

Fait anecdotique, les militants de son parti, le RDPC, dans le département de la Lékié, région du Centre, ont promis de contribuer à hauteur de 50 millions de francs CFA pour soutenir la prochaine candidature de Paul Biya à l’élection présidentielle.

Emmanuel Jules Ntap, correspondant à Yaoundé

Check Also

UPDATE: Vincent Nguini, Guitarist With Paul Simon, Dies at 65

New York Times | Vincent Nguini, a guitarist and composer from Cameroon best known for …

10 comments

  1. The title should be that Anglophones look at Zimbabwe with soft eyes. The francophone public in Cameroon is not different from the French public in France. They are both active and passive enablers of the situation in Cameroon. Mugabe has never stayed 189 days abroad , cooling away in hotel rooms. If anything a la Zimbabwe had to happen in Cameroon, it would have been centuries ago and it would have even been easier, as the military would have waved goodbye to the man napping away in a hotel . The people who can pull off such a move are lying on rice bags of money in their homes. In recent weeks we have seen and heard stories about their housemaids making away with some of this loot. These are the long hands who organize dance parties at the airport for the king and Cpdm rallies .

    • Since when did puppies become dictators?

      Animal Farm, n’est-ce pas ?…

    • Dimwittedness is your forte. That you paint a whole section of the Cameroon population as supporting Biya is beyond baffling. We did not know Maurice Kamto, Titus Edzoa, Jean-Jaques Ekindi, Marcel Yondo are Anglophones. We did not know that Douala, where the SDF won elections is an Anglophone city. We did not know that Musonge, Yang, Achidi Achu, Atanga Nji are all Francophones. We did not know Francophone Fons made Biya Fon of Fons. SMH…

  2. Après moi, le déluge” (“After me, the flood”) – Louis XV???
    Georges Pompidou ??????
    Francois Mitterand ?????
    Ahmadou Ahidjo ???????
    Paul Biya ??????????

    Man proposes but God disposes, n’est-ce pas? Sticking to the presidency because of asceticism and love for country is one thing, doing so out of fear for blood-tainted hands is a different ball game altogether.
    The Zimbabwe revolution was unleashed by a professional army and not a shot was fired.

  3. Paul Biya,should learn a lesson from what has happen in Zimbabwe.So which day will Cameroonians ,tell him enough is enough? The era of monarchs in Africa is on the verge of collapsing.I wish Biya should tell his french pple that he is not a presidential candidate for next year.Failing which we will do what was done to Mugabe to him the other day. Watch out??????

  4. Wishful thinking indeed! Our king set the date and it was 2035. He promised he will pull this off with us. So there will be no “a la Zimbabwe” in Cameroon, not before 2035.

  5. Original Black Bantu

    Les compatriotes qui pensent ainsi ont certes le coeur blaisser, mais aussi la tete percer. Ils ne comprennent lpas que ce qu’ils appelent democratie est plus dangereuse pour l’Afrique d’aujourd’hui que les bateaux de l’esclavage et les canons de la colonisation. D’ailleurs dire que:
    1) Mugabe a demissionner et
    2) On a annoncer que Mugabe a demissionner,
    C’est deux choses totalement differentes. Les deux se rapprochent uniquement lorsque Mugbe lui-meme le dit en publique. Je suis certain que le Gouvernement sud-Africain attend maintenant impatiament son trophet: CELUI DU TRAITRE DE LA RACE NOIRE. Les cas de Kadafi et Mugabe (Je mets de coter la xenophobie) suffisent largement; ils meritent leur trophet.

  6. Original Black Bantu

    Peut-etre il me faut dire ca en Africain:

    Il est insenser des millions de personnes s’accrochent sur la queue du boeuf et se declarent heros. Ce qui est sure, chaque fois que leur poids commence a gener le boeuf qui veut se deplacer librement et avaler ses herbes, ils donne des coups de cornes et une dizaine ou centaine tombe. Ca a toujours etait le cas depuis ce que vous appelez les independances en Afrique.

    Ceux que vous appelez le dictateurs Africains ne sont en majorite que la queue qui ne recoit que les dechets. La tete qui mange et porte les cornes est ailleurs. Le meme scenrio se repete encore et encore et les gens refusent toujours de comprendrent. C’est vraiement le monde a l’envers.

  7. Biya is a dog! He will die like a dog and his Mvomeka clan will be chased to Gabon where they belong!
    A faggot! A real dog!