Home / Français / Libre circulation en zone CEMAC: cette fois est-elle la bonne ?

Libre circulation en zone CEMAC: cette fois est-elle la bonne ?

A l’issue du dernier sommet sous régional, le Gabon et la Guinée équatoriale se sont engagés à appliquer le principe pour le bien des économies locales.

«… La conférence a pris acte de l’engagement de leurs Excellences Ali Bongo Ondimba et Obiang Nguema Mbasogo, respectivement président de la République gabonaise et président de la République de Guinée équatoriale, d’appliquer la libre circulation intégrale au bénéfice de tous les ressortissants de l’espace CEMAC munis d’une pièce d’identité sécurisée (carte d’identité ou passeport biométrique).

Une mission circulaire de la Commission de la CEMAC se rendra dans l’ensemble des pays à l’effet de s’assurer de la matérialisation de la mise en oeuvre de cette haute décision », peut-on lire dans le communiqué final de la 13e session ordinaire de la Conférence des chefs d’Etat de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale qui s’est tenue à Djibloho en Guinée équatoriale vendredi dernier.

Moins de deux mois après s’être réunis en session extraordinaire à Yaoundé, les pays de la sousrégion ont remis ça. La question de la libre circulation des personnes et des biens. Ce volet constituait déjà le 16e point des vingt-une résolutions qui avaient sanctionné la rencontre de la capitale camerounaise.

Ce sujet avait déjà été débattu lors d’un sommet des chefs d’Etat en 2013. Ils avaient alors arrêté l’effectivité de la libre circulation pour le 1er janvier 2014. Leurs ministres de la sécurité avaient discuté des contours de l’application de cette décision au cours d’une réunion tenue au Gabon en novembre 2013. Depuis lors, rien !

La Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale continue de faire figure de « mauvais élève » en matière d’intégration sur le continent.

La rencontre de la semaine dernière en Guinée équatoriale sera-t-elle la bonne pour l’application de cette décision, dans la mesure où dans les autres espaces sous régionaux sur le continent le problème ne se pose plus. Une simple carte d’identité communautaire suffit aux citoyens de la CEDEAO pour se déplacer d’un Etat à un autre.

En cause ici, les égoïsmes des différents Etats de l’Afrique centrale.

Cameroon Tribune

Check Also

Aéroport de Douala: retour à la normale

Le trafic normal a repris hier, 26 avril, après notamment la réhabilitation de la chaussée …