Home / Français / Mbarga Soukouss n’est plus !

Mbarga Soukouss n’est plus !

Journal du Cameroun | La famille de l’artiste affirme qu’il a succombé à un arrêt cardiaque.

Mbarga Soukouss

La musique camerounaise vient de perdre un de ses plus célèbres acteurs. Le chanteur Mbarga Soukouss, de son vrai nom Mbarga Onomo Jean, chanteur à succès des années 90, est décédé ce 29 novembre 2017 à Yaoundé. Au domicile du défunt au quartier Mvan, la tristesse et la consternation sont perceptibles. Les souvenirs de cette icône attristent les personnes venues apporter leur compassion à la famille éplorée.

« C’est un passionné de musique qui nous quitte», explique sa nièce, Mme Ostelle, une sexagénaire à qui il rend hommage dans le titre « Essamba », sorti en 1989. Selon ses témoignages, Mbarga Soukouss a toujours privilégié la musique à ses études ou toute autre activité professionnelle.« Tout pour lui c’était la musique, et c’est ça qu’il a toujours fait jusqu’à la fin de ses jours », confie-t-elle.

La carrière de Mbarga Soukouss n’a pourtant pas toujours été rose. Au début de celle-ci, le chanteur adopte un style gospel. Au milieu des années 80, il dévoile « Duma eku yong zamba ekoué », une louange à Dieu. La chanson n’a pas le succès escompté, et l’artiste change de registre. Entouré d’autres grands noms du bikutsi tels que Cher ami de la capitale, Messi Martin, Atebass, Zanzibar, il écume les cabarets de Yaoundé, et affine son art. En 1989, Mbarga Soukouss sort un E.P de 4 chansons intitulé « Essamba ». L’opus est un franc succès, notamment grâce à deux de titres devenus cultes : « Essamba » et « Long courrier ». Quelques années plus tard, l’artiste confirme son talent avec une autre chanson d’anthologie : « Nsono Nsono ».

Mais au-delà de l’homme de scène, les proches de Mbarga Soukouss retiennent avant tout l’image d’un père de famille et d’un rassembleur. « Chaque fois qu’il voyageait hors du pays, il tenait toujours à ramener quelque chose pour tout le monde, il n’oubliait personne. C’était un homme large et très généreux », raconte un de ses proches. Il ajoute : « Il avait un sens très ouvert de l’amitié. Il avait deux familles. Sa famille artistique et sa famille nucléaire. La musique c’était sa vie ». Pour le confirmer, on apprendra que Mbarga Soukouss était rentré en studio avant sa mort. Il travaillait sur ce qui allait être le dernier album de sa carrière, et sa sortie était prévue pour 2018.

Le défunt était marié et père de quatre enfants (2 filles, 2 garçons).

Check Also

La FECAFOOT se dote d’un nouveau code électoral

APAnews | Le renouvellement des prochains organes dirigeants de la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT) …