Home / Africa / Mugabe sommé de démissionner lundi ou de se faire destituer

Mugabe sommé de démissionner lundi ou de se faire destituer

APAnews | La ZANU PF, le parti au pouvoir au Zimbabwe a donné jusqu’à lundi à midi (10h00 GMT) pour démissionner volontairement de son poste de chef de l’Etat ou faire l’objet d’une procédure de destitution.

Annonçant les conclusions d’une réunion spéciale du Comité central de la ZANU PF, tenue dimanche à Harare, la capitale, le Secrétaire aux affaires juridiques du parti, Patrick Chinamasa a déclaré que Mugabe avait été démis de ses fonctions de chef de parti et qu’il lui était demandé de démissionner volontairement.

Mugabe reste techniquement le président du Zimbabwe malgré son limogeage de la tête de la ZANU PF.

“En outre, il a été décidé que le camarade Robert Gabriel Mugabe devrait démissionner immédiatement de son poste de président de la République et que si cette démission n’est pas faite avant midi lundi 20 novembre 2017, le chef de la ZANU PF est chargé d’engager une procédure de destitution au parlement”, a indiqué M. Chinamasa.

Le Chargé de la discipline du ZANU PF est Lovemore Matuke, un homme que Mugabe voulait expulser lors du prochain congrès électif du parti à Harare en décembre.

Robert G. Mugabe, âgé de 93 ans et seul dirigeant que cette nation d’Afrique australe a connu depuis l’indépendance en avril 1980, a refusé de démissionner, malgré le fait que son soutien au sein du parti, des services de sécurité et de la population avait fondu en six jours.

Chinamasa a déclaré que Mugabe a été remplacé par Emmerson Mnangagwa, qui était il y a quinze jours, le premier vice-président du pays avant d’être limogé le 6 novembre dernier.

La Première dame, Grace Mugabe a été expulsée du parti avec 14 autres personnes, dont le deuxième vice-président Phelekezela Mphoko, le ministre des Affaires étrangères Walter Mzembi, le ministre de l’Enseignement supérieur Jonathan Moyo et le ministre des Finances Ignatius Chombo.

Selon certains responsables, le parlement se réunira mardi pour destituer le père de l’indépendance du Zimbabwe.

La chute dramatique du plus ancien dirigeant du monde en moins d’une semaine survient à la suite d’une intervention de l’armée qui l’a placé en résidence surveillée depuis le 15 novembre.

L’armée accuse Mugabe de n’avoir pas été en mesure de diriger le pays et d’essayer de créer une dynastie familiale en nommant son épouse pour le remplacer, en violation de la charte fondamentale du pays.

Son limogeage survient au lendemain d’une gigantesque marche populaire organisée samedi dans les rues de la capitale Harare et d’autres villes pour soutenir l’intervention de l’armée.

Check Also

La secrétaire générale du Commonwealth en visite au Cameroun

APAnews | La secrétaire générale du Commonwealth, Patricia Scotland, est arrivée vendredi soir à Yaoundé, …