CameroonOnline.org

Sécessions des régions anglophones : Paul Biya prône le dialogue « dans le cadre républicain »

APAnews | Le président camerounais Paul Biya a, dans son message de nouvel an, réaffirmé sa disponibilité à œuvrer pour le dialogue en vue de trouver une solution à la crise qui secoue les régions anglophones du Nord-ouest et du Sud-ouest dont des ressortissants ont engagé la lutte armée pour obtenir l’indépendance de cette partie du pays.

« Le dialogue, je le précise bien, a toujours été et restera toujours pour moi, la voie privilégiée de résolution des problèmes, pour autant qu’il s’inscrive strictement dans le cadre de la légalité républicaine », a déclaré Paul Biya.

Une position qui rejoint celle exprimée l’année dernière à la même période lorsque le président de la République avait indiqué être favorable à « tout dialogue, sans toucher à la forme actuelle de l’Etat ».

« Comme j’ai eu à le rappeler récemment, il est de mon devoir de veiller à l’ordre républicain, à la paix sociale, à l’unité de la Nation et à l’intégrité du Cameroun. J’ai
à cet égard, instruit que tous ceux qui ont pris les armes, qui
exercent des violences ou qui incitent à la violence, soient combattus sans relâche et répondent de leurs crimes devant la justice », a-t-il insisté.

Au sujet de la situation sur le terrain, le président camerounais a déclaré à l’endroit de ses compatriotes que « les opérations de sécurisation engagées à cet égard ont
donné d’excellents résultats. Elles vont se poursuivre sans faiblesse, mais sans excès ».

Il a félicité au passage « les forces de défense et de sécurité pour la bravoure, la détermination, la retenue et le professionnalisme dont elles ont fait montre jusqu’alors ».

Des actions militaires engagées pour lutter contre les sécessionnistes à contrecœur par les autorités, tant il est vrai que « je sais que le souhait de tous les Camerounais de bonne volonté, est que les tensions cessent dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest et que la situation revienne à la normale.
Dans leur immense majorité, les Camerounais aspirent à vivre ensemble, dans la paix », a souligné le numéro camerounais.

Il a condamné des extrémistes qui, profitant des revendications socio- professionnelles, « auxquelles le
Gouvernement s’est pourtant efforcé d’apporter des
réponses appropriées, ont fait l’objet d’une récupération par des extrémistes, cherchant à imposer par la
violence, leur projet sécessionniste ».

Il a enfin demandé à tous les Camerounais d’avoir une pensée pieuse pour ces victimes de l’intolérance avant « au
nom de la Nation tout entière, présenter nos sincères
condoléances à toutes les familles endeuillées ».