Home / Français / 150 ex-combattants de Boko Haram intègrent le centre de désarmement de Mora

150 ex-combattants de Boko Haram intègrent le centre de désarmement de Mora

Xinhua | Quelque 150 ex-combattants de la secte islamiste Boko Haram ont déposé leurs armes en se rendant aux autorités locales de la ville camerounaise de Mora (nord) qui les abritent en ce moment dans un centre de désarmement, a indiqué jeudi Francis Fai Yengo, chef d’un organe du gouvernement camerounais chargé de la gestion des ex-combattants.

L’annonce a été faite au cours d’une visite dans la région camerounaise de l’Extrême-Nord qu’effectue M. Fai Yengo, coordonnateur national du Comité national de désarmement, de démobilisation et de réintégration (CNDDR), en compagnie des officiels de l’Organisation mondiale pour les migrations (OIM) et du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

D’après M. Fai Yengo, après le désarmement, la prochaine étape est l’insertion socio-professionnelle à travers des projets agricoles et d’élévage.

Créé fin 2018 par le président camerounais Paul Biya, le CNDDR a pour mission de gérer le retour à la vie civile des ex-combattants de Boko Haram et des groupes armés des régions anglophones désireux de répondre favorablement à l’offre de paix des autorités camerounaises.

Le CNDDR a des annexes à Bamenda et Buea, respectivement chef-lieu des régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, et à Mora dans la région de l’Extrême-Nord, au front de la lutte contre Boko Haram depuis 2014. A Mora, le CNDDR vient de se doter d’un terrain d’une superficie d’un hectare.

Au mois de mai, 56 ex-combattants sécessionnistes en zone anglophone ont rejoint les annexes du CNDDR à Buea et à Bamenda. F

Check Also

Students in Cameroon Separatist Areas Urged to Go Back to School

MENJI, CAMEROON VOA | Cameroon’s civil society groups are urging young people to return to …

2 comments

  1. Ex-convict Atanga Nji is always taking Francophones for a ride with his FAKE Amba boys and FAKE Boko Haram militants.

  2. Fake news from the government of Cameroon.

neque. id, at nec risus. Nullam Aenean accumsan consectetur ut mattis