Algérie-Cameroun: Le grand déballage

Football.fr | Pointée du doigt par de nombreux observateurs suite au rejet par la FIFA du recours déposé après la défaite face au Cameroun lors des barrages de la Coupe du monde, la Fédération algérienne a joué la carte de la transparence.

L’Algérie n’a toujours pas digéré. Un mois et demi après la défaite lors du match retour des barrages de la Coupe du monde face au Cameroun et l’élimination aux portes du Mondial qatari, le sujet est toujours extrêmement sensible au pays des Fennecs. Et le rejet par la FIFA du recours déposé pour dénoncer l’arbitrage jugé « scandaleux » de Bakary Gassama a valu à la Fédération de nombreuses critiques, certains observateurs pointant du doigt un dossier mal ficelé. Des critiques auxquels la FAF a souhaité répondre.

Une agence réputée appelée à la rescousse

Dans un long texte publié sur les réseaux sociaux, la Fédération a tout d’abord expliqué avoir fait appel à une «agence spécialisée et réputée» pour réaliser une expertise de l’arbitrage de Bakary Gassama, jugé au final «suspect» par cette agence. Forte de cette expertise, la FAF s’est donc finalement tournée vers la commission d’arbitrage de la FIFA plutôt que la commission de discipline, qui n’a donc pas été saisie.

La FAF a par ailleurs confirmé que la FIFA s’était contentée de la réponse laconique dévoilée le 6 mai et suite à laquelle l’instance internationale a estimé le dossier clos. « Nous regrettons, que selon vos appréciations, les décisions des arbitres aient pu influer négativement sur le cours de la rencontre, peut-on lire. Nous avons pris bonne note des éléments de votre courrier et nous pouvons d’ores et déjà vous garantir que l’ensemble des incidents survenus pendant le match ont été examinés avec soin par les deux arbitres video, conformément aux Lois du Jeu et du protocole d’assistance video à l’arbitrage », avait fait savoir l’instance internationale.

Des clarifications demandées

Cette posture n’a évidemment pas été du goût de la Fédération algérienne. Aussi a-t-elle réclamé des clarifications. « L’arbitrage du match n’a à aucun moment été évoqué dans la réponse de la FIFA, alors que la réclamation de la FAF fait référence à des situations jugées litigieuses et pour lesquelles l’instance fédérale aurait souhaité des réponses claires et précises. Aussi, la Commission des Arbitres de la FIFA n’évoque pas si l’arbitre directeur a appliqué correctement les Lois du Jeu et respecté le protocole d’assistance vidéo à l’arbitrage souligné dans ce même courriel », a-t-elle fait savoir.

Aucune preuve de corruption

La Fédération a également réclamé «l’accès aux communications audio enregistrées entre l’arbitre directeur et les autres arbitres» et «les conclusions de l’examen, de l’ensemble des ‘’incidents’’, effectué par les deux arbitres du VAR, conformément aux Lois du Jeu et au protocole d’assistance vidéo à l’arbitrage » et pris la peine de préciser qu’elle ne possédait aucun élément concret étayant les soupçons de corruption relayés sur les réseaux sociaux.

Check Also

Samuel Eto’o apologises for ‘violent altercation’ with supporter at World Cup in Qatar

Sky Sports | Samuel Eto’o – the Cameroon FA president – was filmed having his …