Au Cameroun, première discussion entre séparatistes anglophones et le pouvoir

TV5 | Le gouvernement camerounais et plusieurs figures de la contestation séparatiste des deux régions anglophones de l’ouest pays ont entamé jeudi des discussions à Yaoundé sur un cessez-le-feu, une première depuis le déclenchement de ce sanglant conflit il y a trois ans.

Dans ces deux régions, où vit la majorité des anglophones du pays, l’armée et des groupes séparatistes s’affrontent quasi quotidiennement depuis fin 2017, prenant en tenaille les civils, victimes d’exactions des deux camps.

En dépit de nombreuses pressions internationales, aucune discussion entre des leaders séparatistes et Yaoundé n’avait jamais eu lieu auparavant, du moins officiellement.

“Neuf d’entre nous ont rencontré une équipe de la République du Cameroun, pour initier un cessez-le-feu suite à l’appel de l’ONU”, a déclaré vendredi le principal leader séparatiste anglophone, Julius Ayuk Tabe, dans un message transmis à l’AFP par son avocat.

Ces neuf leaders anglophones sont membres du “gouvernement intérimaire de l’Ambazonie”, l’Etat indépendant que veulent créer les séparatistes. Ils sont tous détenus à la prison centrale de Yaoundé, où certains purgent des peines d’emprisonnement à vie, condamnés en août 2019 pour “terrorisme”.

“Les détails” de ce cessez-le-feu “sont toujours en cours de discussion et nous vous tiendrons informés lorsque des avancées significatives auront été faites”, a ajouté M. Ayuk Tabe, réaffirmant son attachement à “l’indépendance” de ces deux régions.

Cette rencontre et ces discussions ont été confirmées vendredi à l’AFP par un haut responsable de l’ONU sous le couvert de l’anonymat.

Contactées par l’AFP, les autorités camerounaises n’ont ni confirmé, ni infirmé cette information.

Depuis des années, la minorité anglophone s’estime lésée par rapport aux francophones, majoritaires, dans ce pays où anglais et français sont les langues officielles.

Fin 2017, après des mois de manifestations d’avocats et d’enseignants anglophones réprimées férocement par le pouvoir dans ces deux régions, des séparatistes ont pris les armes contre Yaoundé.

Depuis, ce conflit a fait plus de 3.000 morts et forcé plus de 700.000 personnes à fuir leur domicile, selon des ONG internationales.

– Bombe artisanale –

Yaoundé a toujours refusé de négocier avec les principaux leaders de la contestation.

En octobre, le pouvoir avait toutefois, sous pression internationale, organisé un “grand dialogue national”. Mais ce dialogue n’avait pas ramené la paix, bien au contraire: la plupart des groupes séparatistes avaient refusé d’y participer, arguant notamment du fait que la plupart de leurs leaders se trouvaient toujours en prison.

En mars, les Nations unies ont appelé à un cessez-le-feu dans ces deux régions, notamment pour mieux combattre l’épidémie du nouveau coronavirus. Mais cet appel était jusqu’ici resté lettre morte sur le terrain.

Les opérations militaires semblant même, au contraire, s’intensifier. Mi-juin, l’armée camerounaise a affirmé avoir tué 24 séparatistes au cours de deux raids distincts.

L’annonce de discussions entre les deux camps en vue d’un cessez-le-feu est donc une surprise.

Les leaders séparatistes, dans un communiqué transmis à l’AFP, affirment “qu’une guerre ne s’est jamais finie sur un champ de bataille”, et “qu’une paix durable et réelle ainsi que l’indépendance ne pouvaient s’obtenir qu’à la table des négociations”.

Dans ce texte adressé à leurs militants, ils martèlent leur attachement à “l’indépendance”, et assurent avoir avisé les autres dirigeants de la cause séparatiste ce de début de discussions.

Un communiqué qui se veut rassurant, notamment à l’endroit de leurs “héros”, qui sont plusieurs fois félicités pour leur “abnégation” et leur “sacrifice” sur le terrain.

La contestation anglophone au Cameroun est disparate, divisée en plusieurs mouvements. Les plus radicaux, dont ne fait pas partie “le gouvernement intérimaire de l’Ambazonie”, refusent toute négociation ou discussion avec le pouvoir.

La divulgation de ces discussions — censées rester initialement secrètes — intrigue alors que jeudi soir une bombe artisanale a explosé dans un quartier populaire de la capitale.

L’attaque, qui n’a pas été revendiquée, a fait quatre blessés. En juin, “deux engins explosifs improvisés” avaient déjà été activés à Yaoundé, selon une note interne de police consultée par l’AFP.

La capitale camerounaise est restée jusqu’ici épargnée par le conflit séparatiste anglophone, de même que par les attaques meurtrières du groupe jihadiste Boko Haram qui ensanglantent le nord du pays depuis six ans.

Check Also

Paul Biya offre 22 maisons aux 22 Lions Indomptables de la Coupe du monde 90

Senego | Le Président de la République du Cameroun Paul Biya joint l’acte à la …

11 comments

  1. ****POINT OF CORRECTION****

    There is no place on planet earth known as the NO/SO regions of Cameroun.
    SC has NEVER EVER been a part of LRC and will NEVER EVER be part of LRC
    There are SC and LRC, two nations EQUAL IN STATUS. with two different peoples, two different dates of independent and two different internationally recognized boundaries
    The negotiation is therefore between two nations, not between LRC and two regions of LRC.

  2. Picking who to talk to, choosing the team of those you want
    to negotiate with, filling up the team of your opposition with weaklings that have written letters begging for posts and apology is the stupidest thing out there. Any discussion that seek to exclude the ADF and it’s sister forces on the table is the most foolish thing ever. No one negotiates with those they bully. In war, You negotiate only with those you are not fund of. Absolute nonsense!

    • Sorry to disappoint you, not even an incompetent regime to the one Cameroon should negotiate with Ambazonians. Why negotiate with people they can pay off with a few million dollars? Your ADF’s only leverage might be a dozen more fighters than the next criminal gang.

      I think the ADF should fight to the last man. I think the Biya regime should also fight to the last man. That way, responsible Africans can make that place somewhere worth living.

      Your evil cult will fail.

  3. Ayuk Julius Tabe, is a con man. His little plans, will fail him. He and his eight others,
    constitute only themselves and that is it. He should ask someone who knows the truth,
    to tell him the better option to take.

  4. Ayuk Julius Tabe, is no leader of Ambazonians or representative, plus whoever eight they
    may be, to negotiate any cease fire or what ever, with any body, gov`t or group. Let him
    and the others, negotiate their release, plus gov`t positions that they so dearly want from
    lrc quietly. Ayuk Julius Tabe, is a con man. Where is the Sonel money he is accused of
    stealing, the Amba monies he was collecting from left and right and now, the thirty pieces
    of silver from lrc to sell Ambazonia and Ambaland?
    The days of Mandela etc fighting from prison, are past and gone. Make no mistake, Ayuk
    Julius Tabe and co, constitute a small group, and this can not speak or represent Ambazonia.
    LRC, should come straight to the leadership of the Ambazonia peoples, not prisoners of war
    to negotiate. This is fraud

    • What is the difference between Sicksickseku, MTTB Sako, Chris Anu(s), Tapang (Homeland security is coming for you), Erick Tataw (garri master of mutilation) and the Biya regime?

      Kikikikikikikikikikikikikiki

  5. The real Fake is ADF. Who are they? where do they fight? rubbish

  6. Sisiku is a great man.

    • A great man who was made “president” by a cult that is beheading, kidnapping, burying alive, raping, stealing and destroying the lives of our people.

      Who made him president? Nonesense!!!

      Safe your “whataboutism” for your Whatsapp echo chambers.

      He belongs in Kondengui with his brothers from the biya regime. Thieves.

      Signed,
      anti-regime/amba black leg

      • @Brotherjoe….Ever since you and your type starting yapping on this forum, how have things turned out? You guys said Ayuk Tabe and co will be killed or spend the rest of their lives in jail. That your so-called government will never negotiate with “terrorists” Where are we today?
        Ayuk Tabe is great, whether you accept it or not.
        “Na last time be time”

        • kedioh,

          ever since you and you type embezzled over 2 million dollars to hand over to Sako Ikome the former security guard and 7 congregation pastor promised the people of NW/SW Cameroon you will take them to Buea, all you have done is bury them alive, kidnap them, butcher them like goats, mutilate their fingers etc.

          You do not have the brains to know my type. Ok, i’ll make it easy.

          I am a blackleg, your biggest nightmare.

          My ideal “last time” will be when you and your equatorial brothers looting the country butcher yourselves to extinction so hard working people can build that country.

luctus efficitur. eget in Aenean consectetur massa elit. diam accumsan