Home / Français / Cameroun : 160 détenus s’évadent pendant l’attaque de leur prison du Nord-Ouest

Cameroun : 160 détenus s’évadent pendant l’attaque de leur prison du Nord-Ouest

Jeune Afrique |

Au moins 160 détenus se sont évadés dans la nuit de samedi à dimanche à la faveur de l’attaque de leur prison dans la région anglophone du Nord-Ouest par des hommes armés, a appris l’AFP de sources officielles.

« Plus de 160 prisonniers de la prison de Ndop (Nord-Ouest) se sont enfuis » après l’attaque du pénitencier où ils se trouvaient qui a été incendié par un groupe armé, a affirmé une source proche des autorités régionales.

L’attaque a été confirmée par la radio d’État CRTV.

L’attaque par « un groupe d’assaillants » s’est « soldée par l’évasion de la majorité des 163 détenus » de le prison, selon la CRTV. Le groupe était constitué d’ »une cinquantaine de personnes », a déclaré à la radio William Benoît Emvoutu Mbita, préfet du département du Ngoketunjia où se trouve Ndop.

Opérations en cours pour les retrouver

Les assaillants qui « tiraient de partout », ont pu « défoncer les portes de la prison » avant de « mettre le feu à tous les bâtiments », a ajouté le préfet, précisant qu’ils avaient apporté du carburant pour provoquer l’incendie.

Les détenus « qui reviennent volontairement » seront transférés à la prison de Bamenda, le chef-lieu de la région, selon le préfet qui a ajouté que des opérations étaient en cours pour retrouver les évadés.

LA SÉCURITÉ DANS LES DEUX RÉGIONS ANGLOPHONES DU CAMEROUN, S’EST CONSIDÉRABLEMENT DÉGRADÉE

C’est la première fois depuis le déclenchement de la crise anglophone fin 2016 qu’un nombre aussi important de prisonniers réussissent à s’évader à la suite de l’attaque d’un établissement carcéral.

Conflits récurrents

La sécurité dans les deux régions anglophones du Cameroun, le Nord-Ouest et le Sud-Ouest, s’est considérablement dégradée depuis fin 2017.

Les combats y sont devenus quotidiens entre les forces de sécurité et des séparatistes armés réclamant la création d’un Etat anglophone indépendant.

Ce conflit armé de plus en plus violent en zone anglophone et celui contre le groupe jihadiste Boko Haram dans le nord du pays risquent de perturber le scrutin présidentiel prévu le 7 octobre.

Le président Paul Biya, 85 ans dont 35 au pouvoir, est candidat à un septième mandat consécutif.

Ses partisans estiment qu’il est le mieux à même de répondre à la crise anglophone, ses opposants l’accusent d’en être responsable.

Check Also

Présidentielle au Cameroun : « Nous allons délocaliser certains bureaux de vote en zone anglophone »

Jeune Afrique | Organisation du scrutin dans les zones touchées par la crise anglophone, bureaux …

5 comments

  1. This is just the beginning!!!

  2. u had been saying that in 2016 and we are still in 2017 kikikikikik

  3. SEPARATIST aka SECESSIONIST

    1. “LA SÉCURITÉ DANS LES DEUX RÉGIONS ANGLOPHONES DU CAMEROUN, S’EST CONSIDÉRABLEMENT DÉGRADÉE” ( JA, 2018)

    2. “The situation in the South-West and North-West Regions is stabilizing, and the Commission for the Promotion of Bilingualism and Multiculturalism should thus be able to delve into the crux of the problem;” (Biya, 2018)

    WHO IS FOOLING WHO ?????

  4. Poor Ndop, making international news for the wrong reasons.
    Ndop does not have a hospital, Ndop does not have drinkable water even with the existence of a Water Dam.
    This same Ndop does not have roads (Remember the ring road), Yet!
    This same Ndop has UNVDA a government enterprise that has machines that do not work Yet!

    Yet! The government decided instead of investing on these basic needs, they decided to come build a PRISON.
    THANK YOU AMBAZONIAN FOR BURNING DOWN THAT NONSENSE.

    I WAS NEVER FOR SEPERATION BUT NOW I AM ALL FOR IT AND I AM FROM NDOP.

    When you stay in Yaounde or Douala, they call you “les Anglo”. When you identify yourself as an anglophone, idiots say you should identify yourself as Cameroonian. TWO STATE SOLUTION IS THE ONLY WAY OUT. THE DIFFERENCES ARE TOO MUCH