CHAN 2020 : Le Cameroun doit mieux faire

Football365 | Qualifiés pour les quarts de finale du CHAN à domicile, les Lions Indomptables locaux ont encore beaucoup de choses à corriger avant d’affronter la RDC samedi au stade de Japoma à Douala.

Il y a deux façons de voir la qualification de l’équipe locale du Cameroun pour les quarts de finale du Championnat d’Afrique des Nations (CHAN) 2020. La première conclura que, malgré les difficultés rencontrées au cours de leurs matchs, les Lions A’ ont toujours gardé un bon mental jusqu’au bout. La seconde consistera à reconnaître que le pays hôte ne va pas éternellement défendre et compter sur des balles arrêtées pour faire la différence. « Le plus important était de se qualifier, a justifié le sélectionneur camerounais Martin Ndtoungou Mpilé. On nous fait le reproche de ne pas avoir un jeu flamboyant mais je pense qu’entre se qualifier et jouer un très bon jeu sans se qualifier, je choisirai la qualification. Quel que soit l’adversaire au prochain tour, nous allons nous préparer en conséquence. »

Premier axe de travail pour le sélectionneur et son équipe : trouver de la constance tout au long d’un match. Face au Zimbabwe (victoire 1-0) et au Mali (1-1), les Lions A’ ont été beaux à voir en première période. Mais le second acte a été plus compliqué. Et face au Burkina Faso (0-0), ç’a été l’inverse. Les Camerounais ont tendu la joue en première mi-temps, avant de montrer un meilleur visage durant les 45 dernières minutes. Les Lions locaux, conscients de n’avoir pas encore trouvé la bonne stratégie de jeu peuvent néanmoins s’estimer heureux d’avoir résisté aux vagues maliennes et burkinabè. Seulement, c’est là qu’intervient le deuxième axe des faiblesses à corriger : faire preuve de réalisme.

Une attaque sans armes

L’équipe camerounaise n’est pas une machine de guerre. Elle ne marque pas. Enfin si, deux buts inscrits par le défenseur Salomon Banga sur des balles arrêtées. Pendant que les attaquants se font rincer par les blocs adverses. A défaut de marcher tout le temps comme Thierry Tchuente, de faire preuve d’égoïsme à outrance comme Ako Assomo, ou de viser continuellement les nuages comme Alfred Meyong, les attaquants camerounais se battent comme ils peuvent pour… défendre et non marquer. Le pays organisateur du CHAN 2020 cherche toujours son « tueur », cet attaquant capable de renverser les défenses.

Un milieu de terrain à construire

Le public a reposé ses espoirs sur Jacques Zoua et son expérience. Mais le sélectionneur en a fait un milieu de terrain. Difficile de lui en vouloir. Car au-delà de tout, pour que les attaquants puissent marquer des buts, il faut déjà avoir un milieu de terrain capable de construire le jeu et de produire des actions de qualité. Or il existe un déficit évident à combler dans ce secteur. Lors de la première sortie des Lions A’ dans ce CHAN, le sélectionneur a tenté un milieu à trois avec Jacques Zoua en meneur de jeu.

Le champion d’Afrique 2017 a fait bonne impression avec une variété intéressante entre courses en profondeur et jeu au dos au but. L’ex-joueur du Gazélec Ajaccio a apporté du rythme et orienté le jeu. Forfait lors de deux matchs suivants en raison de douleur à la cuisse, son absence s’est fait ressentir. Ses coéquipiers ont été inquiétants. Connus pour leur engagement physique que pour leur technique, les milieux camerounais ont (presque) tout à apprendre.

Une défense perfectible

En défense, les deux latéraux ont encore du travail. C’est par les couloirs que les attaquants des équipes rencontrées sont généralement passés. De plus, leurs centres manquent très souvent de précision. Heureusement que dans l’axe, la paire Banga – Ngombe réalise de belles performances. Si la technique et les qualités athlétiques du premier constituent des atouts importants, le jeu physique du second rassure davantage.

Le sélectionneur Ndtoungou Mpilé l’a appris à ses dépens. Après un bon match contre le Zimbabwe, le technicien camerounais a surpris tout le monde en titularisant Junior Ndédi en lieu et place de Ngombe, lors du duel avec le Mali. Résultat, ce dernier a enchaîné les bourdes et offert aux Aigles le coup franc qui leur a permis d’égaliser et d’arracher le nul contre le Cameroun (1-1). Le public de Yaoundé avait alors réclamé la sortie de Junior Ndédi, qui cédait la place à un Ngombe tranchant dans les duels. Un défenseur rugueux comme on aime au pays des Lions Indomptables.

Un gardien rassurant, mais…

Les Lions locaux sont appelés à faire mieux dans tous les compartiments. Enfin, sauf dans les buts. Haschou Kerrido est en très grande forme. Le gardien camerounais n’a encaissé qu’un but, après une bourde de l’un de ses défenseurs. Pour le reste, le portier de PWD de Bamenda a écœuré les attaquants qui ont croisé son chemin. Il remporte notamment deux face-à-face contre le Mali. Problème ? Il ne peut pas faire son job dans la cage, et celui de ses coéquipiers devant. Le Cameroun doit absolument se ressaisir avant d’affronter la RD Congo samedi, lors des quarts de finale. Parce qu’à partir de ce moment, il n’y a plus de seconde chance.

Check Also

Former French President Nicolas Sarkozy sentenced to jail in historic ruling

Paris (CNN) A French court on Monday sentenced former President Nicolas Sarkozy to three years …

elit. elementum facilisis consequat. leo. eget sed elit. commodo Donec tempus