(COVID-19) Le Cameroun recense un essor du nombre d’infections après avoir généralisé les dépistages

YAOUNDE, 1er avril Xinhua | Près d’un mois après la déclaration du premier cas de COVID-19 au Cameroun, ce pays d’Afrique centrale a recensé ces derniers jours un essor du nombre d’infections après avoir généralisé le dépistage.

Un mariage… avec le port de masques. / © T. Mbaka / France Télévisions

Selon le dernier bilan établi par le ministre camerounais de la Santé publique Manaouda Malachie, son pays a enregistré jusqu’à mercredi matin 233 cas confirmés, dont six décès et dix guérisons, alors que le total des cas confirmés n’était que de 99 samedi dernier.

Le Cameroun est désormais le troisième pays d’Afrique subsaharienne le plus touché par le nouveau coronavirus après l’Afrique du Sud (1.353 cas) et le Burkina Faso (261 cas), selon les derniers chiffres des autorités sanitaires nationales.

“L’heure est suffisamment grave pour que nous en prenions tous conscience,” a tweeté dans la nuit de mardi M. Manaouda, demandant aux Camerounais de rester chez eux aussi longtemps que possible et de se couvrir la bouche et le nez en sortant.

Ce dernier essor des cas rapportés pourrait s’expliquer par le fait que le gouvernement camerounais a décidé, depuis la semaine dernière, de généraliser les dépistages pour une meilleure riposte à la pandémie.

La “recherche active et précoce des cas par un testing généralisé” est listé comme le premier axe de la “nouvelle stratégie de réponse au COVID-19”, a affirmé vendredi dernier M. Manaouda via Twitter.

Pour ce faire, le gouvernement camerounais a invité les personnes entrées dans le pays depuis le 10 mars à contacter les autorités sanitaires afin de se faire dépister. Une recherche au porte-à-porte sera également organisée du 2 au 7 avril à Douala, la ville la plus peuplée du pays.

D’autres priorités de la réponse au COVID-19 sont la prise en charge qualitative des cas avec extension des capacités, la régulation sociale pour éviter la propagation, la gouvernance et la redevabilité, selon le ministre de la Santé publique.

Un fonds spécial a ainsi été créé pour mettre en œuvre ces stratégies. Sur l’instruction du président camerounais Paul Biya, ce fonds s’est doté déjà un milliard de francs CFA (environ 1,66 millions de dollars), selon un communiqué de la primature publié mardi.

Check Also

Cameroonian activist stuck in U.S. immigration limbo

Laredo Morning Times | When the gunmen stopped the car she was riding in and …

One comment

  1. If a Cameroon number makes calls from a different ( before they got the re entry flight back in )country wouldn’t the registered telephone number of Cameroon have a identity card Cameroon address registered to it and the different telephone companies ,having a license to work in said country be obliged to divulge this information to the police ?considering its a MASSIVE health and economic issue can the said air companies not be obliged to tell the state the names of the passengers .Cant the police not raid the companies offices otherwise ,for the list ?embassies and consulates required to divulge the visa lists ? Forms declaring reasons of visits at airport entry?

suscipit eget dictum elementum venenatis vel, fringilla