Home / Français / Des chefs d’Etat africains pleurent Notre-Dame mais restent insensibles aux malheurs de leur pays

Des chefs d’Etat africains pleurent Notre-Dame mais restent insensibles aux malheurs de leur pays

Le Monde | Cameroun, Sénégal, Mali, Mozambique : des citoyens se sont agacés de la compassion de leurs dirigeants alors que le continent ne manque pas de drames humains.

Les images ont franchi les mers. Celle d’une flèche qui tombe sous les flammes, celle des nuages de fumées qui flottent au-dessus d’un édifice huit fois centenaire. L’incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris, lundi 15 avril, continue de créer une onde de choc, en Afrique aussi.

Au Mali, ce sujet est même arrivé en première position dans le discours à la nation, prononcé mardi soir par le président Ibrahim Bouboucar Keïta (IBK). « Avant d’aller plus en avant, j’aimerais inviter tous nos compatriotes à se joindre à la douleur de la communauté chrétienne qui pleure Notre-Dame de Paris », a déclaré le chef de l’Etat de ce pays où plus 95 % de la population est musulmane. « Le joyau ravagé par le feu avait su traverser le temps, ouvrir les bras au monde entier. Aujourd’hui, il n’appartient plus à une confession. Il est un trésor mondial, un patrimoine de l’humanité et l’humanité saura le restaurer, comme elle le fit hier avec les monuments de Tombouctou, démolis dans un passé récent par la folie destructrice de ceux-là qui ne rendirent pas ce faisant un quelconque service à notre islam vénéré », a-t-il précisé. Et ses mots forts font écho à d’autres, ailleurs, en Afrique francophone.

« Génie créateur »

Au Burkina Faso, le président Roch Marc Christian Kaboré s’était vite déclaré « de tout cœur avec Emmanuel Macron, Anne Hidalgo et la population parisienne ». Comme le président Macky Sall qui a lui aussi rapidement fait entendre sa voix dans le concert des condoléances sur Twitter. « Au nom du Sénégal, j’exprime toute notre solidarité à la France et à toute la communauté chrétienne à travers le monde », avait-il observé dans un premier temps avant d’enchaîner avec un message au président Macron et un communiqué exprimant « au peuple français et à l’ensemble de la communauté catholique ses sentiments de sympathie et de solidarité ». Le tout additionné de « la conviction que le peuple français trouvera dans son génie créateur les moyens de restaurer cette grandiose œuvre spirituelle et architecturale. » Ce qui a suscité la réaction de nombreux internautes regrettant que leur président ne soit pas aussi prompt à l’hommage et à la solidarité lorsqu’il s’agit d’un drame africain.

Au Cameroun, les mêmes mots ont produit les mêmes effets. L’opinion publique camerounaise s’est même largement agacée sur les réseaux sociaux que son président, Paul Biya, soit davantage attendri par l’incendie de Notre-Dame de Paris que par les malheurs auxquels la population du pays est confrontée. « Je ne suis pas la cathédrale Notre-Dame ! Je suis NOSO [Nord-Ouest et Sud-Ouest, régions anglophones]. Des milliers de villages brûlés. Des enfants qui naissent et meurent en brousse. La jeunesse non scolarisée. Ceci vaut mille fois plus que cet incendie », assure Mireille, sur Twitter. Nchare, sur Twitter aussi, préfère, lui, faire quelques recommandations et conseille de dire « à ce Monsieur qu’il ne doit pas se contenter de la courtoisie diplomatique. Nous attendons aussi des actes de compassion officielle de sa part quand le Cameroun subit des drames. Il y a aussi des incendies et le sang qui coule au NOSO ». Dans ce pays miné par une grave crise dans les zones anglophones, le message est clair.

Comme en Afrique du Sud, où certains se sont étonnés que l’on prête plus d’attention à cette perte matérielle qu’aux pertes humaines provoquées par le cyclone Idai qui a ravagé l’Afrique australe mi-mars, faisant plus de 1 000 morts. « Si les Européens arrivent à se rassembler et à se regrouper pour la cathédrale Notre-Dame, je me demande, pourquoi, nous les Africains ne sommes-nous pas capables d’aider les Mozambicains. Les Européens s’unissent dès que l’un d’eux à un problème. Pourquoi les nations africaines n’en sont-elles pas capables ? », a déclaré ce mercredi Gustaf, un auditeur, sur la radio 702, l’une des plus écoutées d’Afrique du Sud. « Il semblerait que les gens se préoccupent plus d’un bâtiment que d’êtres humains », a renchéri Chad, un autre auditeur. Pour rappel, les Nations unies ont lancé un appel pour lever près de 300 millions de dollars (266,6 millions d’euros) afin de porter assistance aux victimes du cyclone Idai. Pour l’instant, un quart de la somme seulement, soit 70 millions de dollars, a été récolté.

« Parabole de la reconstruction »

Par-delà ces polémiques, la communauté religieuse s’est elle aussi saisie du sujet et a multiplié les réactions. Un hommage a été rendu, mercredi 17 avril, lors de la messe chrismale à la cathédrale Saint-Vincent-de-Paul de Tunis. « Nous avons tous été sous le choc en voyant ces images, a déclaré le père Silvio Moreno, le vicaire de la cathédrale de Tunis. Moi-même je suis allé à plusieurs messes dans Notre-Dame, elle représente beaucoup. Espérons que sa reconstruction matérielle soit aussi une parabole pour la reconstruction de la foi chrétienne en France », a-t-il ajouté.

Au Sénégal, où les catholiques représentent moins de 5 % de la population du pays, l’abbé Jacques Seck a rappelé au micro d’iRadio que « cette nouvelle a fait mal à tous les chrétiens. Parce que l’Eglise est une. C’est un malheur, pour moi qui adore, que la maison de Dieu soit brûlée, à Hongkong, Djakarta ou Paris. Même si c’est une chapelle qui brûle, ça me fait mal ».

D’autres ont décidé, à l’instar du roi de Krindjabo, capitale du royaume du Sanwi, dans le sud-est de la Côte d’Ivoire, de faire un don pour la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris, où avait été baptisé par Bossuet dans les années 1700, Louis Aniaba, un prince du royaume.

Matteo Maillard (Dakar, correspondance) , Josiane Kouagheu (Douala, correspondance) , Adrien Barbier (Johannesburg, correspondance) , Morgane Le Cam (Ouagadougou, correspondance) , Sophie Douce (Ouagadougou, correspondance) et Lilia Blaise (Tunis, correspondance)

Check Also

La secrétaire générale de la Francophonie en visite de travail au Cameroun

Xinhua | Louise Mushikiwabo, secrétaire générale de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), entame ce …

9 comments

  1. ZERO VIVRE ENSEMBLE

    Dictator Biya was the first person to send motion of condolences to Macron because of the fire at the Notre Dame Cathedral. He even attached an envelope containing millions of euros.

    However, the same Dictator Biya is the person who has masterminded and is still masterminding the burning down of more than 300 (three hundred) villages in SC.

    An example of HYPOCRISY PAR EXCELLENCE

    • ZERO VIVRE ENSEMBLE

      **** MUTIPLE WAR FRONTS ****

      “Onze civils ont été tués dans la nuit de jeudi à vendredi lors d’une attaque perpétrée dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun par des jihadistes nigérians de Boko Haram, a appris l’AFP de sources sécuritaires”

      **** MY TAKE ****

      The blood of these innocent civilians killed by Boko Haram is on the hands of Dictator Biya

      WHY????

      1. Dictator Biya transferred all the BIRs from the Far North to fight the “secessionists” in SC.
      2. The US has withdrawn the soldiers monitoring BH because of the crimes of LRC terrorists in SC

      Boko Haram, therefore, has safe passage to wreak havoc in the Far North.

    • ZERO VIVRE ENSEMBLE

      RECOMMENDATIONS

      1. Dictator Biya should sign a decree instructing Boko Haram militants to surrender weapons ASAP to the so-called commission on disarmament. Failure to so, they will be NEUTRALIZED by the mighty BIR.

      2. It is high time for Dictator Biya to send members of his so-called commission on bilingualism to the Far North to lecture Boko Haram militants about the importance bilingualism. Maybe, that will help stabilize the situation

  2. President Paul Biya knows exactly on which side his bread is buttered. Of course he did the right thing to send his message of solidarity to Emmanuel Macron on this occasion. In an ideal world, Emmanuel Macron should have rushed to his aid when Kumba District Hospital caught fire, burning both human beings and structures.

  3. The problem with the world, is that while the rich and powerful, can come together
    and act like one man, the poor and less privilaged quickly go into confusion, grumbling
    and end up not producing any good results. Often times, they will blame and curse
    others, forgetting, that they are just as stupid as their reasonings and actions can be.
    How many Africans, the poor especially, benefit from such? How many buyam sellams,
    will even go close to a thing like that, considering, that the same people at the top, press
    on them to offer generously their hard earned pennies for their luxuries?
    Just like they tell us about their laws, ignorance of basic facts, is also no excuse. Poor
    people, stop allowing yourselves to be tools of the rich and powerful.

  4. Ah ha! Here we go again! Subservience and kowtowing defines the African despots. Like the fake “Je suis Charlie ” march that saw African despots do the roll call in Paris while at the same time a hundred had been killed in Nigeria, the despots are now hurrying with their condolences & financial support. Guess what, France will just debit the hopeless CFA accounts in Paris to meet Macron’s goal of rebuilding in 4 yrs.
    Christianity and Islam were vehicles for slavery and colonialism and today religious institutions have defined and buttressed the African plight. Mushroom churches are scattered all over Cameroon mostly led by con artists. In Nigeria, a self-proclaimed female prophet demands men to step out and pledge $1,000 each and they did. The African psyche is weak and easily exploited.

  5. Down the memory lane with Kasongo Kapanga’s literary presentation at University of Richmond:

    ” According to Bjornson, Oyono’s three novels “constitute a remarkable anatomy of the assimilationist dream.” Oyono’s radical condemnation of the duplicitous nature of colonial discourse is counterbalanced by recognition of the weaknesses of African traditional societies, especially the weaknesses that made Europe’s incursion into the continent easier than it should have been.”

    “Ferdinand Oyono’s reputation has been tarnished by his service in the dictatorial Biya government. During his tenure as ambassador to France copies of Mongo Beti’s Main basse sur le Cameroun: Autopsie d’une decolonisation (1972, The Plundering of Cameroon: Autopsy of a Decolonization), a novel critical ofBiya’s regime..”

  6. Still on Kasongo’s work:

    “a novel critical of Biya’s regime and of France’s support of it, were seized by the French authorities; Mongo Beti was threatened with deportation to Cameroon, where he would have been subject to harsh treatment. Oyono did nothing to help his fellow writer; his allegiance to the regime he served took precedence over his concern for literary freedom.”
    ……..
    I see a lot of ignorance on this forum mostly a result of uninformed knowledge base. Africans both rich & poor envy what they see in the West, things that Africans are very capable of but unwilling to do. The powerful siphon wealth to Europe and ask the poor to be civil, do farm work with no support while they take lavish vacations. Yet, some who’ve been to classrooms willfully support dictatorship. Ouch!

  7. I feel sorry for Francofool Africa..
    in 2019 these frogs still accept slavery without shame…
    France owns your money..
    France owns all your resources,
    France own your school..

    And yet you want to give them more..Clean their Asses and adore them..

    Wehhh, I beg Southern Cameroon needs to be free from slavery..
    We are a proud people and want to do things are own way..
    We are tired of this barbarism

leo. libero vel, mattis vulputate, quis luctus massa elit. justo