Home / Business / Flambée des prix de consommation des ménages au Cameroun (rapport)

Flambée des prix de consommation des ménages au Cameroun (rapport)

APAnews | APA-Yaoundé (Cameroun) De notre correspondant : Félix Cyriaque Ebolé Bola – Les prix à la consommation finale des ménages ont bondi de 1,4 et 2,8% en février à Douala et Yaoundé, les métropoles économique et politique du Cameroun, selon les résultats d’une enquête publiée lundi par l’Institut national de la statistique (INS).

Pendant la période étudiée, l’indice des prix à la consommation (IPC) est également passé à 0,2 et 0,8% dans l’une et l’autre ville, après avoir régressé de 0,5% en janvier d’avant, une hausse mensuelle attribuée principalement au renchérissement des prix des produits alimentaires, des boissons alcoolisées et tabacs, des meubles, articles de ménage et d’entretien courant du foyer.

À Douala, par rapport à la période correspondante en 2018, le niveau général des prix progresse au même rythme que le mois précédent (+2,2%), une hausse provenant principalement de l’accroissement des prix des biens et services divers (+4,4%), des restaurants et hôtels (+4,2%),des boissons alcoolisées, tabacs et stupéfiants (+4,1% après +3,9% le mois précédent), ainsi que des produits alimentaires(+3,7%).

Sur les douze derniers mois, le niveau général des prix dans cette ville a progressé de 1,1%, après +0,9% en janvier 2019 et avec un taux d’inflation sous-jacent de 1,1%.

Les tensions inflationnistes observées à Douala n’ont donc pas été seulement entretenues par les produits frais (+1,4%), fait observer l’INS, relevant par ailleurs que les prix de l’énergie ont baissé de 0,2%, alors que ceux des biens importés progressaient de 2,3% et ceux des biens locaux de 0,7%.

S’agissant de Yaoundé, et par rapport à la période correspondante en 2018, le niveau général des prix a augmenté de 2,7%, après +2,0% de janvier 2019, une hausse attribuée principalement au renchérissement des prix des produits alimentaires(+5,8%), des restaurants et hôtels (+4,8%), des articles d’habillement et chaussures (+2,4%) ainsi que ceux de l’enseignement (+2,1%).

Sur les douze derniers mois, le niveau général des prix dans la capitale, où l’inflation est en outre plus d’origine externe(+2,5%)qu’interne(+1,2%), croît de 1,5% en février 2019, après +1,3% le mois précédent avec un taux d’inflation sous-jacent se situant à 1,9%.

Sur toute l’année 2018, l’INS a par ailleurs noté un taux d’inflation en accélération de 1,1%, après une évolution de 0,6% en 2017, une remontée du niveau général des prix due en grande partie au renchérissement des prix des produits alimentaires et boissons non alcoolisées (1,2%), des articles d’habillement et chaussures (1,9%) ainsi que des restaurants et hôtels (1,7%).

Contrairement aux prix des boissons alcoolisées et non alcoolisées, qui viennent de connaître une augmentation comprise entre 50 et 100 FCFA au détail, le rapport ne prévoit pas de hausse des prix des produits pétroliers à la pompe pendant l’année en cours.

Par ailleurs, met en garde l’INS, la dégradation de la situation sécuritaire dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, en proie à une crise sécessionniste persistante, pourrait perturber davantage la production agricole locale et les activités de la Cameroon Development Corporation (CDC), considérée comme la plus grande entreprise agro-industrielle (banane, hévéa et palmier à huile) nationale et aujourd’hui au bord de la ruine.

Pour 2019, où le taux d’inflation pourrait se situer autour de 2%, soit en deçà de la norme communautaire (3%), l’INS exhorte le gouvernement à poursuivre sa politique d’inclusion socioéconomique, notamment par le maintien du soutien aux services sociaux de base, par un approvisionnement des marchés, à prix raisonnables, en produits alimentaires de grande consommation et par l’intensification de la lutte contre les pénuries artificielles.

Check Also

Le rationnement des devises inquiète le patronat camerounais

APAnews | Le Groupement interpatronal du Cameroun (Gicam) a fait part jeudi de ses inquiétudes …

8 comments

  1. End the war, stop stealing treasuru money and loans, putting the right people
    at the right places instead of tribalism, change of regime, are some of the factors,
    that are the magic wand. The above prescriptions, have failed in the past.
    Biya`s long stay in office, is the root cause of the whole problem.

  2. Rain Onto Others

    The root cause of the problem has no thing to do with Biya’s long stay in office.. The root cause is all about the manipulation process that the took us from Federal Republic of Cameroon, the flag bearing two stars. Then the moved to United Republic of Cameroon, one star on the flag disappeared. Finally we came to Republic of Cameroon, the name the got when the gained their independence on the 1st of January 1960. A spontaneous way Southern Cameroons became absorbed between 1961 and the late 1980, Therefore regime change cannot be a solution to the problem

  3. The country balances budget based on taxation prospects. New taxes were imposed on current accounts in late 2017, another on livestock, gasoline, transportation & the so easy-to-go-to area, imports. The diaspora since 2012 provides more cash flows and liquidity to the continent than all loans, aids & spurious support from the World Bank & IMF. Yet, regimes in the continent are very antagonistic towards the diaspora. You pay you play! A couple of years back the PM invited cronies of the regime sojourning in Europe for a face-saving mission masqueraded as a business forum but the highlights were praise-singing, lofty references to vacuous men as Excellencies (common practice in dictatorships), the usual beer-drinking with diplomats & that was it. The Amba crisis has not made things better.

  4. ZERO VIVRE ENSEMBLE

    To fight an open-ended war successfully, a country has to have:

    1. enough money
    2. an EXIT STRATEGY
    3. the support of the population
    4. a well-trained and DISCIPLINED miitary
    5. a single warfront
    6. etc

    The so-called “one and indivisible” LRC lacks all of the above-mentioned.

    1. she fights the war with the help of borroed money
    2. Dictator Biya declared his sh*thole war without an exit strategy since he was speculating on a BLITZKRIEG
    3. The non-respect of the Geneva convention by the terrorist soldiers has alienated the population
    4. the miitary is poorly trained, indisciplined and led by people from the same clan
    5. the military is fighting on MULTIPLE warfronts

    It is evident that the above-mentioned problems are recipes for disaster.

    • ZERO VIVRE ENSEMBLE

      Simply put, LRC can NEVER win the asymmetrical warfare in SC. NEVER EVER.
      BEGGING Amba boys to lay down arms is NOT an exit strategy. Of course, Amba boys will NEVER EVER lay down arms.On the contrar, Amba boys are upgrading their weapons.

      If history is anything to go by, Stupid people repeat history. Dictators never learn from history.
      Like Hitler, Stalin, Mengitsu, Bashir, Milosevic and other STUPID dictators, Dictator Biya continues to resist the truth and deny reality. He continues to dream that ex-convict Atanga Nji will help defeat the so-called “secessionists”. He has already created a ministry of decentralisation without winning the war. He has decreed that elections will take place in SC without first defeating Amba boys.
      In sum, Dictator Biya is a daydreamer.

      • Those Ambaboys that lay down their weapons have had bullet holes drilled in their brains by Atanga Nji and his loyal criminal terrorist BIRs. There is only one way out of this Beti-Bulu genocide for Ambazonians. Fight till the last occupier is kicked out. No conferences, meeting, sweet talking with the killer will do anything. We will all live free or die trying. I just doubled my operation 1man1AK contribution.

        • ZERO VIVRE ENSEMBLE

          Dictator Biya and his apologists think that Southern Cameroonians are joking that they no longer want any “VIVRE ENSEMBLE” with LRC. They will SURELY have a rude awakening.
          Dictator Biya’s UNWINNABLE war will surely end with a negotiation under the auspices of the UN.
          The resolution of the Anglophone Question is no longer within the competence of Dictator Biya. His terrorist soldiers can also NEVER defeat Amba boys. The only feasible option left is N-E-G-O-T-I-A-T-I-O-N.

  5. Bouteflika has resigned. What is Biya waiting for?
    In any case that is a different coubtry.
    A m b aland is free

leo ipsum felis nec eleifend Lorem elit.