Home / Français / Gervais Mendo Ze et Polycarpe Abah Abah condamnés dans l’affaire de la gestion de la CRTV

Gervais Mendo Ze et Polycarpe Abah Abah condamnés dans l’affaire de la gestion de la CRTV

Jeune Afrique | Le Tribunal criminel spécial (TCS) a prononcé mardi quatre nouvelles condamnations à l’encontre de Gervais Mendo Ze, Polycarpe Abah Abah, Jean-Marie Akono Ze et Jean-Paul Amang Bitegni, dans le cadre de détournements de fonds publics à la télévision nationale CRTV.

L’opération Épervier a encore frappé. Alors que les yeux des habitués du Tribunal criminel spécial (TCS) sont davantage tournés vers l’ancien ministre de la Défense Edgar Alain Mebe Ngo’o, arrêté début mars, le tribunal a prononcé mardi 19 mars quatre nouvelles condamnations dans le cadre de l’affaire des détournements de fonds publics de la CRTV.

Pr. Gervais Mendo Ze

Gervais Mendo Ze, ancien directeur général de la CRTV, a été condamné à vingt ans de prison ferme. Il était en détention provisoire depuis 2014 à la prison centrale de Kondengui, à Yaoundé. Il a été reconnu coupable du détournement de 18 milliards de francs CFA (environ 27,4 millions d’euros) dans les budgets de fonctionnement de la télévision nationale en 2004 et 2005.

Polycarpe Abah Abah

Dans la même affaire, Polycarpe Abah Abah, ancien ministre des Finances, a écopé de dix-huit ans de prison ferme. Emprisonné au secrétariat d’État à la Défense, où il purge une peine de vingt ans de prison dont il a écopé dans une autre affaire, il était accusé d’avoir détourné 205,873 millions de francs CFA des caisses de la CRTV.

Amadou Vamoulké, prochain sur la liste ?

Deux autres coaccusés, Jean-Marie Akono Ze et Jean-Paul Amang Bitegni, ont écopé de la même peine, soit dix-huit ans d’emprisonnement. Mais ces condamnations ne devraient pas clore les débats du TCS au sujet de la gestion de la CRTV. Le successeur de Mendo Ze à la tête de la télévision nationale, Amadou Vamoulké, est en effet toujours poursuivi.

Incarcéré depuis 2016, ce dernier, âgé de 69 ans, est lui aussi soupçonné de détournements de fonds, au même titre que Mendo Ze. Mais son procès a pour la 17e fois été renvoyé, le 1er mars dernier. Une nouvelle audience est prévue le 1er avril prochain.

Check Also

Le rationnement des devises inquiète le patronat camerounais

APAnews | Le Groupement interpatronal du Cameroun (Gicam) a fait part jeudi de ses inquiétudes …

6 comments

  1. A quoi cà sert de les foutre en prison si on ne saisi pas leurs biens?
    Faut foutre tous ces prédateurs à la 11e région du pays et saisir tous leur biens.
    Quand on aura fini avec eux, on les envoie à Bamenda coe bonus, en attendant la vente aux enchere du NW.
    Kondengui est déja saturé. Il faut la place pour cette autre cathégorie de gangsters: ces “Ambazoniens ” de la diaspora nuisible.

  2. Recover the stolen monies LRC, without which it makes no sense!

  3. The most handsome Bulu man. Kikikikiki

  4. Poor thing! Why not hand over the money and regain your freedom to conduct your choir?

  5. Dis bulu/ beti people only thief majority their ministers , directors of state institutions all end up in prison for embezzlement, stealing from the people’s treasury dis equatorial forest people are a disgrace to all Cameroonian

  6. With all former ministers going to jail for same crimes, without any trials for governors etc
    yet, isn`t it time to say bye bye to the rogue regime in power for so long?
    The rest of mankind, should laugh at Cameroonians and start calling them names. This is
    disgracefull to humanity. Where is rigour and moralization that they all were preaching?
    What else, can Mr. Biya say if he is tried in any court for running the country in such a
    stupid manner?

ipsum diam Sed consequat. dapibus nec tempus mattis vel,