Interrogations autour du décès de l’avocat Sylvain Souop

RFI | Le coordinateur du collectif des avocats de Maurice Kamto et de son parti le MRC, Maître Sylvain Souop est décédé jeudi 16 janvier à l’hôpital central de Yaoundé. L’annonce de ce décès a provoqué un vif émoi.

« Comment peut-on entrer dans un hôpital pour une fracture du bras et décéder quelques jours plus tard ? » La question taraude les proches de l’avocat. Selon plusieurs sources, Maître Sylvain Souop avait été victime d’un accident de la circulation dans la nuit de vendredi à samedi dernier à l’entrée de la ville de Bafoussam dans l’Ouest.

Admis à l’hôpital régional, il avait été transféré à l’hôpital central de Yaoundé. « Je lui ai parlé alors qu’il était dans l’ambulance. Il allait bien. Il s’inquiétait plutôt pour son confrère qui était dans la voiture avec lui au moment de l’accident », explique un responsable du MRC.

« On ne sait pas ce qui a bien pu se passer : est-il est mort suite à une réaction à l’anesthésie, a-t-il fait un AVC ? Est-ce une erreur médicale – on connait l’état de nos hopitaux – ou bien est-ce un assassinat ? », s’interroge-t-il. « Pour le moment nous n’accusons personne et se poser des questions n’est pas un crime », explique l’opposant qui insiste : « c’est le contexte qui rend ces questions légitimes ».

Défenseuse des droits de l’homme, Maximilienne Ngo Mbe demande une enquête. Le mieux serait de confier l’autopsie à des experts internationaux pour lever toute suspicion, selon elle. L’ordre des avocats annonce de son côté son intention de porter plainte contre X afin que soient situées les responsabilités.

Check Also

CHAN 2020 au Cameroun: le tirage au sort effectué

APAnews | Le comité exécutif de la Confédération africaine de football (CAF) a procédé, lundi …

6 comments

  1. Confirmed, so that `the reponsibilities are located`. Too much of wrong doing
    in that country ruled by Ahidjo / Biya. Lies telling, ocultism, just like tribalism
    and language superiority, taking souls away, like mad.
    The bad side of it, is that families of such victims usually cry foul, but fear to
    get to the root cause and also take strigent measures.
    If terrorism can be enshrined in the Biya decrees, why not trials of witchcraft
    in that country?

  2. This can not be swept under a carpet.not only should there be autopsie by persons not connected in any way to this hospital ,they should also close down the entire section of the hospital until a very public and though enquiry swiftly explains exactly what went wrong and come up with who or what procedures were/ was grossly negligent .

  3. Suspecting foul play is one thing, providing the necessary nexus is another; otherwise we are dealing with one example of a non sequitur!

    There is no doubt that deaths have become unusually common in all corners of the Great Triangle. But such unusual occurrence has not been met by an increased alert of any kind, not means to prevent them. If forensic and post mortem examinations do not feature prominently as a national concern at this time, the nation is doomed!

  4. Ripoublique des assassins aux méthodes RDPC

    Laa ripoublique na killings and killiings.

  5. I can confidently state without fear of contradiction that he was murdered by the same BULU criminals who murdered Churchill Ambe Che.
    As a reminder, Churchill Ambe Che cohabited for a long time with Chantal Pulchérie Vigouroux, aka Chantal Biya, with whom he had two children (the twins Frank and Patrick Hertz).
    Churchill Che was liquidated in cold-blood. His “crime”: Churchill had been Chantal’s true lover.
    It is undeniable that it was President Biya who premeditated that heinous crime and the murder of Maître Sylvain Souop.

  6. Dem don bole ana he.

diam ante. et, commodo Aliquam lectus