Home / Français / Le déficit budgétaire du Cameroun projeté à 2,6% en 2018 (gouvernement)

Le déficit budgétaire du Cameroun projeté à 2,6% en 2018 (gouvernement)

Le déficit budgétaire du Cameroun est projeté à 2,6% en 2018, contre 6,5% en 2016 et 4,5% en 2017, selon le ministre de la Communication (Mincom) et porte-parole du gouvernement, Issa Tchiroma Bakary.

Issa Tchiroma Bakary

S’exprimant jeudi soir face à la presse, il a justifié cette embellie, qui prévoit une réduction du déficit budgétaire de 6,5% en 2016 à 1,7% en 2020, par les efforts fournis par les pouvoirs publics en termes de réduction du train de vie de l’État.

Sur un autre plan, le Mincom a déclaré les recettes de la fiscalité intérieure ont progressé de 110% entre 2016 et 2017, première année de mise en œuvre du programme triennal de réformes conclu avec le Fonds monétaire international (FMI).

De même, a déclaré M. Tchiroma, sur les 1056 milliards FCFA de dettes intérieure et extérieure à rembourser par le pays au terme de l’année 2018, 1040 milliards FCFA l’ont déjà été.

Le Cameroun connaît également une augmentation de ses avoirs extérieurs nets de l’ordre de 15,5%, qui se situent à 1,970 milliard FCFA et se traduisent par un redressement de ses réserves auprès de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC).

Au titre de l’accord triennal conclu avec le FMI le 26 juin 2017, au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC), le montant cumulé des financements reçus, tous partenaires confondus, s’élève à quelque 799 milliards FCFA, soit 63% des financements attendus dans le cadre du programme économique et financier au terme des deux premières années de mise en œuvre.

En dépit de ces résultats satisfaisants, il demeure, a précisé le porte-parole du gouvernement, que l’environnement entourant la mise en œuvre du programme de réformes économiques et financières, ainsi que tous les programmes d’appui avec les partenaires techniques et financiers, «comporte un certain nombre d’exigences du point de vue de la discipline budgétaire, de l’efficacité et de l’efficience de la dépense publique».

Check Also

Hausse du prix de kilogramme de cacao au Cameroun

APAnews | Le prix de cacao a connu une augmentation de 10% ces derniers jours, …

4 comments

  1. It is only in Cameroon that a government will release a budget and make assumptions without any real data to support the budget. The 2017 budget deficit estimate was -5.9 percent, not -4.5 percent as Tchiroma insinuates. Also, there are several measures weakens the government’s budgetary balance, such as the civil war in Anglophone Cameroon and a decline in tax revenue. The government will also have to compensate local municipalities in Anglophone Cameroon for tax revenue losses arising from the ongoing war, and must also fund the war, as well as the Boko Haram incursions in the north of the country. The government operating expenditure, transfers to local government, interest payments on a ballooning national debt, and funding for education will increase, thus creating a larger budget def

    • Moreover, the economic recovery continues to be low, because investment remains low, wages are paid to thousands of workers in Anglophone Cameroon, but productivity has decline below 10 percent due to the war, and consumer demand, in consequence, remains weak. Moreover, unemployment is rising, and borrowing has increased. Cameroon also has a balance of trade deficit of -1,089.50 billion CFA (2017 est.). To end a long story short, the weak economic conditions, prolonged unemployment that has become structural have weakened tax revenue and increased expenditure on benefits. In addition, pension expenditure has grown rapidly as a result of a change in population age structure. The budgetary statements produced by government does not reflect what is happening on the ground.

  2. The management of this platform should increase the 800 characters to 400 words maybe.

  3. Agbor you have time for these people.
    Take it from me, they themselves no longer believe the lies they spew.
    Larepublique will never defeat or conquer our quest for freedom and it is only when they do that they can have any hopes of stabilising their economy.
    Until then they can continue to tickle themselves and laugh.