Home / Français / Le dialogue national ne convainc pas tout le monde
Les partisans du MRC devant le Tribunal militaire de Yaoundé le 5 octobre 2019.

Le dialogue national ne convainc pas tout le monde

Deutsche Welle | Le “grand dialogue national” initié par Paul Biya se solde notamment par la libération de l’opposant Maurice Kamto et de centaines de détenus. Mais ces mesures d’apaisement restent insuffisantes pour certains.

Maurice Kamto, candidat malheureux à l’élection présidentielle d’octobre 2018, a été libéré samedi à Yaoundé après neuf mois de prison. Il avait été arrêté fin janvier avec des centaines de ses partisans à la suite de manifestations pacifiques organisées par son parti pour protester contre les résultats de la présidentielle.

Fidèle Djoumbissie, conseiller municipal du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) de Maurice Kamto, laisse éclater sa joie et fait part d’“un sentiment de joie parce que nos camarades ont été libérés, et que nous allons reprendre nos activités normalement”, .

La pression relâchée ?

La décision d’arrêt des poursuites judiciaires contre les opposants prise par le président Paul Biya est contestée dans son propre parti, le Rdpc (Rassemblement démocratique du peuple camerounais).

“Ça donne le sentiment d’être dans une république où l’on peut tout se permettre, et dès qu’il y a la pression, on relâche. Et la loi est donc sacrifiée dans cette affaire sur l’autel de la paix. La même chose est valable pour les terroristes de la zone anglophone qui ont tué et qui se retrouvent dans une situation d’arrêt de poursuite. Mais la consolation vient de ce que l’arrêt de poursuite ne peut être interprété comme l’abandon de charges”, soutient Sa Majesté Saint-Eloi Bidoung, adjoint au maire du sixième arrondissement de Yaoundé.

Optimisme prudent

La libération de 333 personnes incarcérées dans le cadre de la crise anglophone, ainsi que la libération de Maurice Kamto et ses 101 codétenus de la crise postélectorale a plutôt été bien accueillie côté anglophone. Mais cette satisfaction cache mal un certain scepticisme sur la capacité du gouvernement à exécuter dans un bon timing les résolutions du “Grand Dialogue National”.

“On a franchi une étape importante. Maintenant, la balle est dans la cour du gouvernement. Et je crois que même le président sait qu’on n’a pas fait tout ça pour n’aboutir à rien. Et preuve, il a posé les actes déjà, qui vont dans le sens de l’apaisement que nous recherchons : la libération des anglophones qui ont été arrêtés dans le cadre de cette crise, et la libération évidemment qui va dans le même sens, du leadership du MRC”, explique Eric Tchinje, le tout premier et ancien rédacteur-en-chef de la télévision camerounaise, la chaine publique.

Quand le pouvoir cède

À en croire certains observateurs, en organisant le Grand Dialogue National et en libérant des prisonniers politiques, le président Pau Biya a cédé  aux pressions internes et externes.

Selon le politologue Mathias Eric Owona Nguini, “il est clair que le président Paul Biya est le maître du jeu. Ce n’est pas un hasard que cette libération soit survenue tout de suite après la fin du “grand dialogue national. Il s’agissait de tirer un bénéfice de cette libération pour manifester la volonté d’apaisement du pouvoir, de construire une démarche dans laquelle la libération des militants et responsables du MRC apparaît en fait comme un prolongement de la logique de décrispation dont le Grand Dialogue National a été l’expression.”

Quoi qu’il en soit, Eric Tchinje affirme que le premier motif de satisfaction des anglophones au sortir du “grand dialogue national” camerounais restera le statut particulier reconnu aux régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, même s’il reste encore plusieurs étapes pour y parvenir dans les faits.

Mesures de confiance

Le secrétaire général de l’ONU, “encourage le Cameroun à continuer à adopter davantage de mesures de confiance et de réconciliation”.

Antonio Guterres s’est félicité dans un communiqué de la libération samedi du principal opposant, Maurice Kamto et de celle de 333 prisonniers détenus en relation avec la crise dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest”.

Le Cameroun fait face à plusieurs crises. Le nord du pays est sous la menace du groupe jihadiste nigérian Boko Haram.

Depuis fin 2016, les deux régions du nord-ouest et du sud-ouest sont secouées par des combats entre séparatistes et forces de l’ordre qui ont fait selon l’ONU près 3.000 morts.

Check Also

Floods Leave Thousands Homeless in Chad and Cameroon

KAIKAI, NORTHERN CAMEROON VOA | Heavy rains and floods this week have left at least …

7 comments

  1. Camer believer (Colby)

    Même Roosevelt n’a pas convaincu tout le monde Le plus important c’est d’appliquer dans les brefs delais les résolutions du grand dialogue national pour susciter l’adhésion du grand nombre les autres vont s’aligner automatically.

  2. The dialogue, failed to address or mention about those cameroonians, who have
    disappeared and those who were killed. How do we know the number, where are
    the mass graves etc etc.
    Special status, will be succeessful, only when the above is clarified. Biya now thinks,
    that all is done. What a dull old man.

    • The above, is not what i wrote. Some mischief here.
      As for the war, focus, should be on enablers. It should be very deadly.

  3. The Biyalogue rehearsal could only convince the actors of their comique.

    Ambazonia go be free.

  4. Biya, goes to france to attend an HIV/AIDS meeting. Has someone else, seen
    something in this? Even slim chantal, was there.
    Did Biya go to the NW/SW to see or talk to the people? No. That is insignificant.
    This is a man even the pm, calls `papa`and the world calls president.

  5. Le journal révèle par exemple que «les 403 participants au grand dialogue ont reçu chacun 127000 FCFA représentant les frais de participation au grand dialogue».

  6. Mobutu awaits

id dolor Donec ut adipiscing libero. in