Home / Business / Le groupement Bolloré-APM Terminals dénonce une «tentative d’éviction» du port de Douala (responsable)

Le groupement Bolloré-APM Terminals dénonce une «tentative d’éviction» du port de Douala (responsable)

APAnews | Le directeur du groupe Bolloré pour la région golfe de Guinée, Mohamed Diop, a dénoncé une «tentative d’éviction, en dehors des voies juridiques et règlementaires», du groupement Bolloré-APM Terminals de l’appel à concurrence pour le recrutement d’un nouvel opérateur dans le cadre de la gestion du terminal à conteneurs du Port autonome de Douala (PAD), la métropole camerounaise.

S’exprimant mardi face à la presse, il a marqué son étonnement de voir le consortium franco-danois, en place depuis 2005, être écarté en janvier dernier de la préqualification pour la désignation d’un nouveau concessionnaire pour la même prestation. Ledit groupement logisticien-armateur, sous l’identité de Douala International Terminal (DIT), avait en effet, avant le terme de son mandat de 15 ans, obtenu en décembre 2017, une prorogation d’exercice jusqu’en 2023.

«Nous contestons les critères non communiqués de la mise en concurrence qui nous évincent de Douala, et demandons à être traités selon les lois et règlements du Cameroun», explique Mohamed Diop. Et de prendre l’exemple d’une sélection détentrice du trophée de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football, mais à laquelle on refuse le droit de disputer les éliminatoires pour remettre son titre en jeu. «Nous allons nous battre par toutes les voies légales, afin que la transparence règne dans le processus en cours.»

Pourtant, affirme-t-il, dans le protocole d’accord de prorogation signé en fin 2017 avec le PAD, Bolloré-APM Terminals s’était engagé à verser à la partie camerounaise une contribution exceptionnelle? d’un montant de 24 milliards FCfa?à laquelle il faut ajouter l’augmentation de 10 à 30%? des actifs des nationaux dans le capital de DIT, le doublement de la redevance à verser au Cameroun pour la concession supplémentaire, mais également la réalisation de nouveaux investissements de l’ordre de 20 milliards FCfa.

Le 16 août dernier, le tribunal administratif de Douala, saisi par DIT, a pris une ordonnance suspendant le processus de désignation d’un nouveau concessionnaire à Douala, une sentence contre laquelle le PAD a formé un pourvoi. Parallèlement, une procédure internationale d’arbitrage a été engagée par l’opérateur, «et suit son cours à Paris».

«La tournure prise par le dossier DIT nous fait très mal, souligne Mohamed Diop. Être évincé à une phase de préqualification, sans la moindre explication, est injuste. Nous sommes traités de façon inéquitable, mais restons ouverts à toute discussion avec nos partenaires du Cameroun.»

En attendant la fin des tractations, Bolloré-APM Terminals, à travers DIT, a néanmoins depuis début mars 2019, «pour se battre à armes égales avec la concurrence», déposé son dossier de candidature pour l’appel à manifestation d’intérêt du PAD.

Check Also

La Fecafoot scelle définitivement le sort de la Ligue de football (communiqué)

APAnews | Le président de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), Seidou Mbombo Njoya, a …

2 comments

  1. **** LRC – A PLANTATION OF BOLLORE****

    Pius Njawé(RIP) of Le Messager once wrote that ” The interference of the Bolloré group in the political life of Cameroon is no doubt. It’s a sort of state in the state, Bolloré is a perfect illustration of Françafrique”
    Mr Njawe was perfectly correct. Biya has sold Cameroon to Bollore

    1. Camrail railway company since 1999 (until 2034),
    2. concession of the container terminal of the port of Douala in 2005 (until 2020).
    3. Bolloré Africa Logistics since September 2008, is present in the economic capital Douala, in the political capital of Yaoundé and in the north of Garoua
    4. Bollore is a shareholder of Alucam in Edea
    5. Bolloreis in charge of the logistics of the Chad-Cameroon pipeline

    • 6. Bollore participates in the “plundering” of the Cameroonian forest
      7. Bollore manages a wooden park thanks to its Society of Wooden Parks of Cameroon (SEPBC)
      8.Bollore also controls huge plantations, either directly via Safacam, which operates 8,400 hectares of oil palms and rubber trees, or indirectly via the Belgian company Socfinal, which manages 31,000 hectares of oil palms in the country. ).
      9. Bolloré’s interference in the internal affairs of Cameroon is an open secret
      10. Bollore is in charge of the Autonomous Port of Douala (PAD),
      11. Bollore is in charge of the Autonomous Port of Kribi (PAD).
      12. etc, etc

      No wonder lawyers are dragging Bollore before a French court. In Cameroon, they have no Chance since the puppet of Bollore, Biya, will meddle with the judgement.

Aliquam in ut lectus id elit. pulvinar consectetur Lorem dolor facilisis massa