Home / Français / Maurice Kamto fait volte-face et appelle au boycott des élections locales

Maurice Kamto fait volte-face et appelle au boycott des élections locales

Jeune Afrique | À quelques heures de la clôture du dépôt des candidatures, l’opposant Maurice Kamto, leader du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), a annoncé que son parti ne participerait pas aux élections législatives et municipales du 9 février 2020.

Coup de théâtre à Yaoundé. À quelques heures de la clôture du dépôt des candidatures pour les prochaines élections locales, prévues ce 25 novembre à minuit, le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) a annoncé qu’il ne prendra pas part à ces scrutins.

« Le MRC a décidé de ne pas prendre part aux élections législatives et municipales du 9 février 2020. J’appelle les électeurs à rester chez eux et à ne pas aller voter », a déclaré l’opposant Maurice Kamto au cours d’une conférence de presse aux allures de meeting politique, tenue ce lundi au siège de son parti.

Un code électoral « taillé sur mesure » pour le RDPC

Plus tôt, le leader du MRC avait égrené le chapelet de griefs ayant motivé sa décision. L’opposant a notamment justifié la décision de son parti en dénonçant un code électoral « taillé sur mesure » pour la victoire du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), le parti au pouvoir.

« En l’état actuel, la contestation de ces élections, dont les signaux de potentielles fraudes sont évidents, est par exemple impossible, a illustré Maurice Kamto. La loi portant sur l’organisation du conseil constitutionnel demande par exemple que les requêtes de contestation des législatives comportent obligatoirement les noms des élus contestés. Or, ce contentieux se déroule avant la proclamation des résultats, donc sans que les noms de ces élus ne soient connus », a-t-il notamment expliqué.

LES INTÉRÊTS SUPÉRIEURS DE LA NATION DOIVENT PRÉVALOIR SUR LES AMBITIONS POLITIQUES INDIVIDUELLES

Le parti de l’opposant, qui continue de revendiquer sa victoire à la dernière élection présidentielle camerounaise, affirme vouloir éviter une répétition de la crise post-électorale qui a crispé la sphère politique pendant plusieurs mois. « Le MRC a cru jusqu’au bout que le régime se ressaisirait et se souviendrait que le jeu démocratique doit être arrêté de façon consensuelle par tous les acteurs (…) Mais à ce rythme, les mêmes causes produiront les mêmes effets », a martelé le challenger du président Paul Biya, sous les applaudissements de ses militants.

Le MRC met ainsi fin à la course aux postes de députés et conseillers qu’avaient engagé ses militants, dont les déclarations de candidatures alimentaient déjà les débats au sein de l’opinion publique.

Une volte-face qui ne fera pas que des heureux au sein du parti. « Un moindre mal », estime toutefois un cadre du parti pour qui « les intérêts supérieurs de la nation doivent prévaloir sur les ambitions politiques individuelles ».

Check Also

Kamto – ‘For the sake of the country I will talk to Biya’

The Africa Report | Two months after his release, opposition leader Maurice Kamto is back …

5 comments

  1. Let the cpdm do it alone. We have seen it repeatedly with the SDF, to no
    avail. Let the one party thing go on. If there was any need, Biya would not
    be president today.

  2. What I find qu-eer in this boycott stuff is that it is hurting the CPDM more than MRC members.

    Shouldn’t CPDM be jubilating, now that things have been made easier for a 99.99% victory?

    There must be something behind this cine-ma, time will tell…

  3. The tragecomedy of Cameroon where power and knowledge abound is this:
    Those with the knowledge have no powers while those with power have no knowledge!

    Yesterday it was Maurice Kamto who rushed to fix the BAKASSI issue, after the powerful ones struck and killed a few Nigerian citizens, waking up a sleeping giant.

    Today it is unknown, powerless assistant Minister Mbayu rushing to the US to fix things after the powerful ones ran out of steam telling America they had no lessons to give concerning the AGOA affair.

    It is the same scenario all over, including this website. Watch the powerful ones crawling and criticizing every single comment, never quite origination one of their own.
    HAPPY THANKSGIVING TO EVERYBODY.

  4. a smelling country with old people on diapers running all over the place..Biya and his Gang of thieves dont care about the country, all they want is just remain inpower..
    To ask a question like why did KAMTO run for president and now is not going for local elections is disturbing..He ran and won, ended up in jail..He saw that the local elections are just a CPDM mafia way of doing things and nobody can win them no matter how hard you work..he also saw the problems in the NWP and SWP as an unsolved problem..So why should we questioned his decision?..Is it a crime to pressure the fake, failed and corrupt govt to solve the political problems before elections?..
    Do you know that over 300 people have been killed after the BIYALOGUE in yaounde?.
    This KAMTO is the best that ever happened to us..

  5. Two parallel interesting races are ongoing, both bearing Paul Biya’s imprimatur:

    #1. The race to crown him with a “success crown” that began well back with his “Fon of Fons” title, went through “Lion Man”, “Natural Candidate”, “African Baobab” is heading towards “Paul Biya Stadium” in Olembe.

    #2. The downhill race beginning with the “meilleur eleve de la France” encomium, went through the many setbacks of the Indomitable Lions, 1992 and 2018 election victory thefts, failed 2018 AFCON, the Hotel Inter-Continental and Hotel Meurice evictions, Mo Ibrahim saga at the Elysee, Trousers-running-down at Etoudi, is heading towards 2020 legislative elections even as most participants are jumping off the rhudderless boat on the stormy sea.

mattis tempus fringilla eget porta. tristique mi, Nullam