Home / English / Non, cette photo n’a pas été prise au Cameroun

Non, cette photo n’a pas été prise au Cameroun

AFP Factuel | Une publication partagée plus de 6.000 fois depuis octobre 2017, prétend montrer l’armée camerounaise en pleine séance de torture dans la zone anglophone du pays. Le porte-parole de l’armée camerounaise dément et nos recherches démontrent que cette image a très vraisemblablement été prise au Nigeria.

L’auteur de ce post est péremptoire: “Torturer, Humilier et dégrader, telle est la mission de l’armée de Paul Biya en zone Anglophone” écrit-il. A l’image, on voit un groupe d’hommes en tenue de forces de sécurité, debout sur le côté en terre d’une route fréquentée. Cinq d’entre eux font face à 9 jeunes hommes couchés à plat ventre dans une eau boueuse, sale.

Publié le 24 octobre 2017, ce post suscite encore des commentaires et des partages en novembre 2019. Il suscite beaucoup de réactions au Cameroun car depuis 2017, les deux régions anglophones du pays, le nord-ouest et le sud-ouest, sont le théâtre d’un conflit meurtrier entre l’armée et les forces séparatistes, qui réclament l’indépendance de ces deux régions.

Une recherche inversée avec les moteurs de recherche Google et Yandex ne permet pas de situer clairement l’origine de cette photo. Elle renseigne tout au moins que cette image est utilisée depuis 2017, tantôt pour incriminer l’armée camerounaise, comme ici, ici, ici et ici. Tantôt pour incriminer l’armée nigériane tel ici, ici, ici et ici.

Contacté le 28 novembre 2019 par l’AFP, le porte-parole de l’armée camerounaise, le colonel Cyrille Serge Atonfack, affirme que l’uniforme qu’arborent les forces de l’ordre sur cette image n’est pas celui du Cameroun. De plus, “les chapeaux des hommes de la photo ne sont pas ceux d’une composante de notre armée”, ajoute-t-il.

Selon lui, les plaques d’immatriculations aperçues sur ce cliché ne sont pas du Cameroun où elles sont majoritairement de couleur orange, comme ici. Au Nigeria, elles sont de couleurs blanche comme ici.

 

 

Parmi ces articles, celui-ci mentionne une opération qui aurait mal tourné dans l’État d’Abia, dans le sud-est du Nigeria. Une vidéo intégrée à cet article rappelle quelques éléments de notre photo: le décor broussailleux, des jeunes hommes baignant dans l’eau sale et la tenue des forces de sécurité.

Dans cette vidéo de 2’10″, tweetée le 13 septembre 2017, le média participatif américain Sahara Reporters met en cause l’armée nigériane qui aurait torturé des membres du front indépendantiste nigérian appelé “IPOP” (Indigenous People of Biafra).

Dans un communiqué publié le 14 septembre 2019, l’armée nigériane avait récusé ces allégations, promettant une enquête et mettant le public en garde contre des images de manipulation.

Contacté le 28 novembre 2019 par l’AFP, le porte-parole de l’armée nigériane, le colonel Sagir Musa répond: “Pour le moment, l’armée nigériane ne peut confirmer que cette vidéo et cette photo ont été prises au Nigeria”. Toutefois, dit-il, “une enquête sera faite à ce sujet”.

A ce stade de notre recherche , nous pouvons affirmer que la photo qui fait l’objet de notre recherche n’a pas été prise au Cameroun.


Vous souhaitez que l’AFP vérifie une information?

Check Also

Amnesty International updates Citizen Evidence Lab for cutting-edge open-source human rights investigations

Amnesty International | Amnesty International is launching an updated version of its Citizen Evidence Lab website, …

8 comments

  1. This photo is 100 times better than what happened to UB students in Buea, SC. This is so because the victims of torture in this photo were all men.
    However, the victims of torture and humiliation in Buea were all women.
    The torture of the UB female students by LRC terrorists was the last straw that triggered the armed resistance.

  2. The Cameroon army has certainly done worse things to its own people. The madness should stop. NOW.

  3. Pictures taken and posted for selfish aims or mischief almost always end up hurting those who took them. A spectacular case is that of myopic Cameroonian soldiers who led two mother’s to their extrajudicial killing in the Far North of the country, all calculated to earn promotions and advancements from their bosses.

    And then the BBC stepped in. Using aerial photographs, forensic investigations and other ultramodern technics, BBC was able to identify the criminals in uniform right to their names! And the Issa Tchiroma Bakary was tongue-tied.

  4. What then is the purpose or reason for this whole write- -up for consumption today?

  5. Give us access to upload the gruesome phontos of your genocidal military lets see who will be the last man standing. Genocide enablers and facilitators, their propaganda machine like this website and crtv, vision4 and its employees/bosses will all be held to account one way or the other.

  6. who cares about ambasonia a terrorist organization

    ambasonias should be irradicated period

    • Kossala by Bush Road

      Fcking genocidaire!!! With your big Kanas like those of Kadhi Defotso. Fockin Monyongo tongtin bastard cannibal say @bamendaBoy

  7. Les gens sont venus vers vous, ils vous ont tendu la main et qu’avez-vous fait? Non seulement vous les mordez et poignardez dans le dos, vous les insultez, les torturez, les massacrez et vous osez prétendre qu’il y ‘aurait pire là bas ? Que peuvent-ils voir de pire avec plus de 15.000 morts, des ressources pillées, des villages rasés, des maisons détruites ? Pour vous, ce sont des rats, des cafards, des Bamenda, des NOSO (maladie, illness), ce sont des ambafools, ce sonts des ambazombies etc…

    Long live the USA qui ont sauvé des vies Ambazoniennes.
    Long Live the USA qui aident l’Ambazonie
    Long Live the USA for helping AMBAZONIA to emerge from the darkness of la ripoublique francophone du Cameroun.

    Ambazonia shall be FREE.

    THANK YOU THE USA
    GOD BLESS THE USA

ut facilisis eleifend at in libero.