Home / Français / Plusieurs cas de viols et de vol à l’arme blanche signalés à Sangmelima (Sud)

Plusieurs cas de viols et de vol à l’arme blanche signalés à Sangmelima (Sud)

Cameroonvoice | Des cas d’agression et de vols sont régulièrement signalés dans le chef-lieu du département du Dja et Lobo. Cette situation devient préoccupante et amène les populations à exprimer leur malaise.

Pas une semaine sans un cas d’agression ou de cas de vol dans la ville de Sangmelima. Le phénomène prend de l’ampleur instaurant un climat d’insécurité qui créé la psychose chez les populations.

Pour Arsène Eya’a, résident du quartier Akon, “chaque soir ici on signale un cas de vol des agressions. Dernièrement, la sœur d’un ami a été brutalisée et violée par des inconnus. Avec tout ça, on a peur de sortir à une certaine heure de la nuit”.

Dans la liste des victimes, des jeunes noctambules et surtout des femmes. Une fois la nuit tombée ces hors la loi sortent de leurs cachettes. Ces bourreaux qui agiraient essentiellement sous l’effet des stupéfiants ne laissent rien sur leur passage: argent en espèce, téléphones, bijoux, chaussures de luxe sont systématiquement arrachés à leurs propriétaires.

Selon Philomène Akamba, résidente du quartier Bissono, “ces braqueurs ciblent surtout des jeunes garçons et des jeunes filles qui sont dehors à certaines heures de la nuit, et qui traînent dans les bars, dans les rues. Il faut prendre des précautions”.

Face à cette montée d’insécurité des dispositions sont prises par des autorités compétentes. Des mesures efficaces qui vont à coup sûr obliger ces ennemis de la paix et du développement de battre en retraite. Mais en attendant il est recommandé aux populations de rester plus vigilantes.

Check Also

Hausse du prix de kilogramme de cacao au Cameroun

APAnews | Le prix de cacao a connu une augmentation de 10% ces derniers jours, …

One comment

  1. `But in the meantime, it is recommended that people remain more vigilant`. Even the
    forces of law and order, have become forces of disorder: rape, stealings, arsonist, killers
    etc. It wasn`t like this during the time of Amadou Ahidjo. 38 years of a corrupt and
    dictatorial regime of Beti people, is fast reducing the country to a jungle of lawlessness.
    Again, the people should blame themselves, for allowing the gang of a few, to own the
    country.