Home / Français / Présidentielle 2018 : les journalistes camerounais invités à «l’objectivité»

Présidentielle 2018 : les journalistes camerounais invités à «l’objectivité»

APAnews | Le Conseil national de la communication (CNC) du Cameroun a appelé les professionnels des médias, publics et privés locaux, au respect des règles qui sous-tendent l’exercice du métier à savoir «l’équilibre, l’objectivité et l’impartialité» dans le cadre de l’élection présidentielle prévue le 7 octobre 2018.

Dans un communiqué publié vendredi et signé de son président, Peter Essoka, l’organe public de régulation constate, pour le déplorer, que certains médias diffusent, à travers des contenus écrits ou audiovisuels, «des messages de propagande nourris de commentaires, crédibilisant ou discréditant certains candidats déclarés».

Bien que le Code électoral ne consacre pas de réglementation spécifique, en termes de messages de propagande avant le début de la campagne électorale, fixée au 24 septembre, il rappelle à ses cibles que toute publication ou diffusion d’informations, de quelque nature que ce soit, se doit d’être en conformité avec l’éthique et la déontologie du métier de journaliste.

Cette mise en garde, note-t-on, intervient au moment où la médiasphère locale, toutes tendances confondues, est lancée dans une sorte de surenchère propagandiste en faveur ou contre certains candidats à la candidature à la magistrature suprême.

On rappelle par ailleurs que la liste des candidats finalement retenus, au terme de l’examen des 28 dossiers reçus par Elections Cameroon (ELECAM), l’organe en charge de la gestion des scrutins et opérations référendaires, sera connue mercredi prochain.

Check Also

Présidentielle au Cameroun : « Nous allons délocaliser certains bureaux de vote en zone anglophone »

Jeune Afrique | Organisation du scrutin dans les zones touchées par la crise anglophone, bureaux …

2 comments

  1. The best judge of press performance is an enlightened readership, capable of balancing what one news outlet says against the others. CNC which selectively sanctions some but not all erring journalists is poorly placed to be the judge!!!!!! Ernest Obama’s unpunished, blatant war mongering provides is a good example.

    Let the people be the judge, for news organs as well as for candidates with declared or unavowed goals. Two sons of the soil with international standing come to mind. Simon Munzu, convenor of the Anglophone General Assembly sees nothing wrong with such an undertaking in the present climate of uncertainty and insecurity; Joseph Fomunyoh of the NDI swears he cannot climb over corpses and human blood to go campaigning. Who is white-washing our sins and who is exposing them?

  2. The show goes on. This man who will never retire, is back.
    `Cry the beloved country`.