Quatre morts dans des affrontements intercommunautaires dans l’ouest

Anadolu Agency | Quatre personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées, mercredi 8 septembre, dans des affrontements entre les communautés anglophone et Bamiléké à Tonga, située dans le département du Ndé ( ouest du Cameroun), a appris Anadolu jeudi, des autorités locales.

Ernest Ewango Budu

«Le conflit est parti du meurtre d’un jeune Bamiléké par des anglophones pour une affaire de vol », a déclaré à l’agence Ernest Ewango Budu, préfet du département du Ndé.

« La tension est montée à Tonga lorsque les Bamilékés ont décidé de venger leur fils tué par des anglophones », a souligné le préfet ajoutant que ces anglophones sont des déplacés internes qui ont fui les violences dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du pays.

« Les autorités ainsi que les forces de l’ordre qui sont descendus à Tonga suite aux affrontements, ont été brutalisés par les populations. La brigade de gendarmerie a été aussi incendiée », a ajouté la même source.

Le bilan est de «quatre morts et une vingtaine de blessés», a-t-il précisé ajoutant «on a envoyé des forces qui ont maintenu l’ordre».

Les violences intercommunautaires sont fréquentes au Cameroun surtout dans la partie nord du pays.

Ils opposent principalement éleveurs nomades arabes aux cultivateurs autochtones sédentaires qui accusent les premiers notamment de saccager leurs champs en faisant paître leurs animaux.

En août dernier, des affrontements entre éleveurs arabes Choa et pêcheurs Mousgoum avaient causé la mort d’au moins 32 personnes et 74 blessés dans le Logone Birni (Extrême-Nord du Cameroun).

Dans un communiqué de presse publié le 19 août, le Haut-commissariat aux réfugiés avait alerté sur la situation humanitaire de 11.000 personnes qui avaient dû fuir le Cameroun vers le Tchad à cause de ces violences.

Check Also

Tabassage à la machette d’un mis en cause, énième affaire de violences policières, 5 agents de police entendus

Koaci | Au Cameroun, les cas de violences policières semblent s’accumuler sous le silence des …

2 comments

  1. The most tribalist and heinous people in cameroon are these grassfielders
    Kill 4 of theirs just because they are not from their village and tell them to GO HOME is a revelation of their true nature
    “Every Cameroonian is at home everywhere in cameroon “
    Hahahahahha
    You have been exposed
    In the near future, cameroon will be a federal state in a form of cultural fédéralism and you folks graffi will leave our lands

    We are not related

    Kill your own people and ask them to GO à HOME and then go around the country saying: every Cameroonian is at home everywhere?
    LOL

    You are at home in graffi land and foreigners outside graffi land
    Fill stop