Home / Business / Cameroun : l’opérateur électrique Eneo est à vendre

Cameroun : l’opérateur électrique Eneo est à vendre

Jeune Afrique | Révélée par nos confrères de Jeune Afrique Business Plus, l’information selon laquelle le fonds d’investissement britannique Actis cherche à se séparer d’Energy of Cameroon (Eneo) n’a pas tardé à créer des remous à Yaoundé.

Eneo, l’opérateur électrique national camerounais, propriété à 56 % d’Actis, est à vendre. D’après des informations exclusives révélées le 5 juillet par Jeune Afrique Business +, le site Business de Jeune Afrique, le fonds d’investissement britannique, lassé des interférences politiques et du non-règlement des arriérés de l’État, est en recherche active d’un repreneur. Toujours selon JAB+, les impayés envers l’opérateur national « dépasse largement les 100 milliards de F CFA ».

Une nouvelle qui n’a pas tardé de remonter aux oreilles de Séraphin Magloire Fouda, secrétaire général de la primature et président du conseil d’administration d’Eneo. Celui-là même qui avait tant combattu contre le Britannique pour ne pas voir sa concession renouvelée.

Le renouvellement de la concession, une manœuvre ?

L’attitude d’Actis est en effet d’autant moins appréciée en haut-lieu à Yaoundé que le fonds a tout fait pour obtenir, en fin d’année dernière, la prolongation jusqu’en 2031 de la concession d’Eneo. Un renouvellement qui est désormais perçu par le gouvernement comme une simple manœuvre pour ajouter de la valeur à un actif destiné à être cédé.
Si différentes entreprises sont déjà venus aux renseignements, dont l’angolais Aenergy, Actis pourrait malgré tout se résoudre à vendre au rabais tant le Cameroun et son opérateur électrique sont aujourd’hui perçus comme un investissement risqué. Surtout, selon une source proche d’Eneo, cette information « ne va faire qu’inciter le gouvernement à ne pas régler ses dettes » auprès de l’opérateur national, dont il est actionnaire à hauteur de 44 %.

Check Also

What Led Asylum-Seekers From Cameroon To Tijuana? [+audio]

KPBS | Last week, a group of about 50 asylum-seekers from Cameroon protested the immigration …

One comment

  1. Bad investment!!!! Cameroon government and senior officers do not pay their electric bills. As a result, no cash flow for growth, maintenance of equipment, hire competent staff, and reward shareholders. Take a cue from SONARA which did pay for insurance; risk management 101. No business acumen in lrc. Shut down and leave because it will only get worse as these Morons run out of money for two wars and a bloated bureaucracy; e.g. Douala I, II. III, IV; how many DO’s for one city! The end is near!

risus Donec mattis dolor. felis quis nunc venenatis commodo quis, sem,