Home / Français / Décès de Bernard Muna, pionnier de la lutte démocratique
Bernard Acho Muna

Décès de Bernard Muna, pionnier de la lutte démocratique

Jeune Afrique | Avocat de renom, celui qui a porté les couleurs de l’Alliance des forces progressistes (AFP) à la présidentielle camerounaise d’octobre 2011 est décédé dimanche 6 octobre à Yaoundé, à l’âge de 79 ans.

« Bernard Muna a succombé à une maladie cardiaque dont il souffrait depuis plusieurs années », a révélé des sources proches de la famille.

La veille de son décès, le frère de l’opposant Akere Muna avait été admis en soins intensifs à l’hôpital gynéco-obstétrique de Yaoundé, à la suite d’une nouvelle attaque. Ainsi s’est achevée la vie de ce juriste, marqué par de nombreux combats pour la démocratie et le respect des droits de l’homme et des citoyens.

Avocat de renom, celui qui a porté les couleurs de l’Alliance des forces progressistes (AFP) à la présidentielle camerounaise d’octobre 2011 est décédé dimanche 6 octobre à Yaoundé, à l’âge de 79 ans.

« Bernard Muna a succombé à une maladie cardiaque dont il souffrait depuis plusieurs années », a révélé des sources proches de la famille.

La veille de son décès, le frère de l’opposant Akere Muna avait été admis en soins intensifs à l’hôpital gynéco-obstétrique de Yaoundé, à la suite d’une nouvelle attaque. Ainsi s’est achevée la vie de ce juriste, marqué par de nombreux combats pour la démocratie et le respect des droits de l’homme et des citoyens.

Fils de l’ancien président Salomon Tande Muna, ancien premier ministre du Southern Cameroon, vice-président de la République fédérale du Cameroun et président de l’Assemblée nationale, celui que l’on surnomme « Ben Muna » s’était fait un prénom en démissionnant de son poste de magistrat en 1971 pour rejoindre le barreau du Cameroun en tant qu’avocat. Il sera élu à la tête de cette institution en 1986 et la dirigera jusqu’en 1992.

Libertés individuelles

À ce poste, il milite activement pour le respect des droits civiques et politiques des Camerounais en positionnant le barreau comme un contre-pouvoir face au régime de Yaoundé.

De nombreux acteurs politiques ont d’ailleurs encore en mémoire sa plaidoirie historique lors du procès de l’avocat Yondo Black, arrêté en 1990 pour « subversion ». Bernard Muna avait mis en avant la question des libertés individuelles et collectives dans le pays, brisant ainsi un tabou.

« La question que l’on doit se poser est de savoir pourquoi [les accusés] ont dû tenir leurs réunions de manière clandestine et critiquer le gouvernement avec des tracts anonymes alors que le droit de tenir des réunions et de former des associations est garanti par notre Constitution, ainsi que par la Charte africaine. La réponse à cette question est simple : au Cameroun, au cours des 25 dernières années, les citoyens qui ont osé exercer leurs droits ont été arrêtés, torturés et emprisonnés », avait-t-il déclaré.

Par la suite, il sera sollicité pour effectuer plusieurs missions à l’international avant d’être désigné, en 1997, procureur au sein du Tribunal pénal international pour le Rwanda, puis membre de la Commission d’enquête de l’ONU pour la Centrafrique, en 2013.

Retour au fédéralisme

Sur le plan politique, Benard Muna est reconnu comme l’un des membres fondateurs du Social democratic front (SDF), la première force d’opposition du Cameroun en termes de représentation à l’Assemblée nationale.

Mais en 1992, alors que le candidat du parti Ni John Fru Ndi revendique sa victoire à la présidentielle, ce dernier est placé sous résidence surveillé. Personne n’a alors accès au palais de Ntarikong où le leader du SDF est retranché… sauf Benard Muna, l’un de ses avocats.

Dans l’entourage du président, l’ancien bâtonnier est cependant vu comme un espion du régime. La brouille se confirmera en 2004, lorsqu’il essayera de challenger John Fru Ndi, à l’intérieur du SDF, lors de la course à la présidentielle. Ben Muna sera finalement exclu du parti, mais ne mettra pas fin à son engagement politique.

En 2011, il se présente en effet à l’élection présidentielle sous la bannière de l’Alliance des forces progressistes (AFP) où il termine quatrième, loin devant l’actuel président Paul Biya, réélu avec 77,99 % des voix. Un épiphénomène pour l’ancien président de l’Union des avocats d’Afrique centrale (UAAC) qui décède sans voir son rêve d’un retour au fédéralisme se réaliser.

Check Also

Sinistres et crise anglophone en vedette dans les journaux camerounais

APAnews | -Yaoundé (Cameroun) De notre correspondant : Félix Cyriaque Ebolé Bola – Un vent …

3 comments

  1. #1. Why would a cardiac patient, a man for that matter, be channeled to a gynecology service of any kind? Reportorial flaw?
    #2. As candidate for the Alliance of Progressive Forces in 2011, did Ben Muna come “loin DEVANT l’actuel president Paul Biya…”?

    No wonder why many exasperated citizens paint the press with one big brush as “Fake News”!

  2. Rip senior barrister Esq, even though I didn’t like your federalists opinion but I respect u as a principal man in your views , unlike the plenty two head snakes Anglo

  3. It is a sad day for the Muna family following news of the death of its eldest son, Bernard Muna.The 79-years-old is said to have died this Sunday, October 6, 2019 in Yaounde.
    The family is yet to issue an official statement, but Alice Sadio, leader of the AFP party with whom he has worked for years wrote on her Facebook page: “farewell my mentor, Bernard Muna”.Bernard Muna is a prominent Cameroonian lawyer, magistrate and politician. He served as Deputy Prosecutor of the International Criminal Tribunal for Rwanda from 1997 to 2002. He was a candidate for the 2011 Presidential elections in Cameroon. His siblings are Barrister Akere Muna, 2018 presidential candidate and Ama Tutu Muna, former Minister of Arts and culture in Cameroon.
    This is the second calamity befalling the Muna family

amet, venenatis, id elit. ut risus. fringilla dictum