Home / Français / Maurice Kamto, un sujet tabou au Cameroun ?

Maurice Kamto, un sujet tabou au Cameroun ?

Un enseignant s’est retrouvé en garde à vue après avoir évoqué en classe le sort de l’opposant.

Les faits se sont déroules le vendredi 13 septembre dans le sud du Cameroun, dans le village d’Evebe Esse. Sapgang, un enseignant bilingue commence le cours d’anglais sur un thème d’éducation civique en interrogeant ses élèves sur les solutions au conflit que traverse le Cameroun. “Il faut le dialogue” aurait répondu un élève.

“Doit-on aussi dialoguer avec Monsieur Kamto ? “, reprend  un autre élève. C’est alors qu’intervient l’enseignant qui aurait affirmé que si les groupes armés sont invités au dialogue il n’y aurait pas de raison à ne pas inviter aussi ceux qui sont en prison.

Maurice Kamto, qui conteste la victoire du président Paul Biya à la dernière présidentielle, est détenu depuis le mois de janvier. Or, le bout de phrase de l’enseignant est parvenu de bouche à oreille au chef du village puis au sous-préfet de Sangmelima qui a autorité sur le village d’Evebe Esse.

D’après l’activiste David Eboutou joint par la DW ce mercredi (18.09.) l’enseignant “n’a pas été libéré, il est toujours en garde à vue. On peut bien imaginer que chacun, au niveau de l’information, à partir du parent jusqu’au chef de village et du chef de village au sous-préfet, a déformé (les propos de l’enseignant, ndlr). Et c’est à ce niveau que le sous-préfet un peu zélé est arrivé et a demandé à l’enseignant de l’accompagner. Il a donc pris ce dernier pour aller directement le placer en garde à vue.”

Contacté, le syndicat national autonome de l’enseignement secondaire affirme être en train de rassembler les preuves que l’arrestation de Sapgang est en lien avec les propos tenus sur Maurice Kamto. Son secrétaire général affirme qu’une rencontre est prévue vendredi avec le Premier ministre camerounais et que ce serait une occasion pour parler du sort de l’enseignant.

D’autres sources indiquent que l’enseignant va de nouveau comparaître ce jeudi 19 septembre. Ses collègues de la région de Sangmelima seraient mobilisés pour exiger sa remise en liberté.

Notre rédaction n’a pu à ce stade obtenir aucun contact avec ces enseignants et l’épouse de Sapgang que nous avons essayé de joindre ne répondait pas non plus. “Le sujet est sensible en cette veille du dialogue national”, affirme l’une de nos sources.

Les enseignants camerounais se retrouvent sous pression en cette rentrée des classes. Un communiqué du sous-préfet de l’arrondissement de Manjo dans le Littoral met en garde les responsables des établissements scolaires. Ceux-ci doivent veiller à ce que les enseignants ne dénigrent pas les autorités sous peine d’être punis. Le sous-préfet se réfère à une correspondance du préfet de Moungo en date du 28 août 2019.

Check Also

Un décret présidentiel prive des binationaux juniors du Mondial U17

APAnews | Thomas Libiih, le sélectionneur de l’équipe nationale des moins de 17 ans du …

4 comments

  1. “vivre Ensemble” on the move! A college tutor is arrested and detained by local Sangmelima authorities – DO, traditional ruler – for daring to mention the forbidden name of Maurice Kamto in a classroom discussion.

  2. Shame…Haoussa peoples use to do worse when I was growing up in the north cameroon today they are hidding this will come to pass

  3. a smart, intellectual caught by retarded Gorillas and is in Jail..
    Why: because he wanted to open the eyes of the cameroonians..
    Especially those eating bread, sardine and sleeping..
    And those who think Biya , a despot, half death is God.
    Biya the devil and satan in one The worse eveil Africa ever had …
    If Kamto is a TBO, then Biya should have been hanged long ago..
    Bring out Kamto from jail let him enlightened this lazy bread and sardine FROGS…
    Southern Cameroons is already a step ahead..

  4. These are those who are supposed to be teaching our kids about civics etc..and he has no right to mention Kamto?are we back to the era of Adhidjo?where every office had a state secret service officer assigned to observe any person trying to oppose the president?If this system is not fought for once and forever cameroon will one day disappear.

quis, venenatis, dolor Sed at luctus dapibus