Home / Français / Le Point: un ministre camerounais cité dans une affaire de corruption

Le Point: un ministre camerounais cité dans une affaire de corruption

Deux sociétés de vente d’équipements militaires sont soupçonnées d’avoir versé d’innombrables pots-de-vin pour obtenir des marchés publics, notamment à des proches d’Edgard Alain Mebe Ngo’o, l’ancien ministre de la Défense (MINDEF).

Edgard Alain Mebe Ngo’o

Le magazine français Le Point a lancé, depuis le 17 juillet dernier, la publication d’une série exclusive d’articles rapportant sur une histoire de corruption entre la France et l’Afrique. Selon Le Point, qui fait notamment mention des éléments d’une enquête de l’Office français de répression de la délinquance financière (OCRGDF) au cœur d’un système de corruption entre la France et l’Afrique, de hauts responsables de l’armée camerounaise, dont l’ancien MINDEF Edgard Mebe Ngo’o, seraient impliqués.

Selon le magazine, le colonel Mboutou, chargé des marchés de l’armée du Cameroun et un certain Maxime Mbangue feraient partie de ces proches de Mebe Ngo’o qui auraient été arrosés par Robert Franchitti, le patron de MagForce. Une perquisition effectuée dans les locaux de l’entreprise – spécialisée dans la vente d’uniformes, rangers, menottes, tonfa, torches – aurait laissé entrevoir qu’il rémunérait ces gradés de l’armée camerounaise en échange de contrats de vente.

Mais, le plus marquant, dans le 4e numéro de cette série d’articles, c’est la relation amicale que Le Point établi entre Robert Franchitti et l’actuel ministre des Transports, Edgard Alain Mebe Ngo’o. Des interceptions téléphoniques de l’Office central pour la répression de la grande délinquance financière (OCRGDF) de 2014 révèlent que les deux hommes se tutoient et, surtout, que Robert Franchitti confie avoir loué un appartement sur l’ile de Jatte, à Levallois-Perret au fils du ministre, Didier Mebe. Il lui aurait également offert un frigo neuf pour son appartement. Une preuve de la force de leur association qui durerait «depuis dix ans».

Le Point conclut son article en soulignant avoir tenté en vain de contacter le ministre Mebe Ngo’o. Le journal dévoile également un mail de décembre 2011 qui aurait été envoyé par un responsable de la police camerounaise à Robert Franchitti: «Bonsoir Monsieur Robert, voici les numéros utiles pour les virements des commissions à la hiérarchie de la police». «Des précautions superflues d’hommes en tenue qui ne s’encombrent pas de discrétion dans leurs échanges», commente Le Point.

Laminute.info

Check Also

L’opposition accuse Paul Biya d’être en campagne électorale

APA – Douala (Cameroun) Le message du chef de l’Etat camerounais Paul Biya sur les …

3 comments

  1. Are western countries really behind the bad governance and extreme poverty in the global south (africa to be precise)?
    Contrary to popular belief, my stand is ‘if you make yourself like a banana, a monkey will eat you.’ Yes they (the west) have all the instruments to nail one’s economy (the case of Zimbabwe, Russia, Libya etc) if you dont succumbed to their demands. We are living in a win-win/loss-loss/win-loss/loss-win world, full of interest.

    Our leaders are our problem and are still living in dark world.

    • Vaiocomputers

      What is the solution? Get rid of western powers with all the instruments to torpedo the economy or the gangsters who pose as leaders but r draining us dry?
      Most of u dont like Mugabe.You called him a seat tight dictator but is he not doing what most africans expect their gangsters to do?They nailed the zimbabwean economy to zeroand having talked to some Zimbabweans..they think Mugabe is the problem.But is he really the problem or the west who r so thirsty to see us remain as economic slaves?Gbagbo attempted the same move and ivorians called him a dictator who refused to quit after defeat.I

  2. The government of LRC should do the right thing by forcing the minister concerned to have his day in court. Bribery and corruption have become the norms of LRC Administration.