Home / Français / Yaoundé invité à «aligner » ses dépenses publiques aux objectifs de son programme économique

Yaoundé invité à «aligner » ses dépenses publiques aux objectifs de son programme économique

APAnews | La Banque mondiale (BM) a invité les autorités camerounaises à «aligner les dépenses publiques aux objectifs de la Vision 2035», qui est le programme économique et de réduction de la pauvreté adopté par le pays.

Dans une revue des dépenses publiques qu’elle vient de présenter aux partenaires techniques financiers et que APA a pu consulter, l’institution financière internationale souligne avoir constaté que le gouvernement a fortement accru lesdites dépenses au cours de la dernière décennie, alors que ses revenus baissaient, cette hausse étant essentiellement portée vers le budget d’investissement.

Bien que conforme aux objectifs de la «Vision 2035», cet accroissement a fortement détérioré la situation budgétaire de l’État, sa composition fonctionnelle révélant qu’une part disproportionnée du budget est allouée aux frais généraux de l’État, aux dépens des secteurs prioritaires du Document de stratégie pour la croissance et l’emploi (DSCE).

De même, selon la BM, la décomposition du budget par nature économique révèle que la moitié des dépenses en biens et services est constituée de frais de représentation, de missions, de réceptions et des services extérieurs.

Selon la Banque mondiale, «l’augmentation considérable du budget d’investissement public n’a pas amélioré la qualité globale des infrastructures», l’une des raisons étant que la classification du budget de l’État «surestime le niveau de dépense en capital», une portion significative du budget n’étant pas en réalité de la dépense en capital, et de ce fait ne contribue en rien à l’accumulation du stock dudit capital.

Cette inefficacité du système de gestion des investissements publics a ainsi entraîné des retards considérables dans la livraison des grands projets structurants et contribué à la faible qualité globale des infrastructures.

Il existe un rallongement considérable des délais d’exécution de tous les grands projets, qui passent de 3-4 ans prévus à 7-10 ans, leur coût étant quant à lui «largement au-dessus de 2 à 6 fois comparés aux projets similaires dans les autres pays de niveau de développement similaire».

Au plan de la masse salariale formelle de l’État, réputé bas, la BM constate qu’elle masque l’existence d’un système de rémunération non salarial discrétionnaire qui encourage des pratiques de «recherche de rente», contribuant de ce fait au retard des processus administratifs de prise de décision.

Au Cameroun, constate la BM, une bonne partie des subventions et transferts bénéficient aux entreprises publiques et aux entreprises publiques administratives, dont les performances se sont récemment détériorées, entraînant des risques budgétaires élevés.

Au plan social, la revue affirme que les dépenses de santé sont «faibles» au Cameroun par rapport à des pays comparables, leur répartition régionale ne tenant pas compte des besoins des populations, de leur statut socioéconomique, du fardeau de la maladie ou du contexte sécuritaire.

De même, les dépenses d’éducation restent limitées en dépit de l’augmentation des effectifs dans tous les niveaux d’enseignement, les dépenses par élève les plus faibles étant observées dans les zones où les besoins sont pourtant les plus importants, et une faible proportion des ressources mises à disposition par l’État parvient effectivement aux écoles, toute chose qui entraîne des disparités au niveau des performances des apprenants.

Abordant le système de protection sociale, la BM affirme que non seulement il «ne protège pas efficacement les ménages contre les chocs», mais «n’est pas aligné sur les objectifs de la Vision 2035».

Pour l’institution financière, les autorités camerounaises devraient poursuivre les efforts de consolidation budgétaire, accroître l’efficacité et l’efficience des dépenses publiques, améliorer la qualité de l’investissement public, rendre équitables les dépenses sociales et réformer le financement de la protection sociale.

Check Also

France, Biya Cannot Escape Blame For Cameroon’s Atrocities, Says Rawlings

Sahara Reporters | Rawlings made the condemnation while receiving members of the TakeItBack movement led …

16 comments

  1. La banque mondiale devrait plutot essayer de soutenir le combat des pays Africains pour leur souveraineté monétaire! La sortie de la zone franc et l’abandon du Franc cfa.

    • Cheque pays devrait avoir sa souverainete monetaire.
      Une minna is commune n’est compatible que si tous c’est pays deviennent des etats/provinces d’un supra etat avec une banque federale.
      Lexample europeen n’est pas a suivre.
      Le modele US ou canadien portrait inspirer;mais tous les pays adherant devront accepter perdre leur souverainete

    • Là bétise n’éffraie plus n’est ce pas?
      Dans UN vrai pays, un tel résultat ne demanderait pas moins que la démission pûr et simple du gouvernement.
      Or, la Republique du Cameroun est UN machin, pas plus! Even Togo is better managed.
      And you are here talking of FCFA. Minalmi!
      Ambazonia for life.

      • C’est un problem Camerounais. En quoi cela vous conserne t-il?
        Je vous croyais ‘Ambazoniaen’ ?

        • En ce que Le sous sol Ambazonien vous sert de porte monnaie. Voilà en quoi ceci m’interpelle.
          Je vous invite a vous éduquer un tout petit peu en finance, car c’est une question de confiance. Que la République des Beti fasse partie de la zone CFA ne changera rien , il y a un manque criard de confiance car dans ce Gondwana de soualards nul ne tient see promesses.
          Article 66….
          Constitution Federale de 1961….
          Décentralisation de 1996….
          Limitation de mandats….
          Devrais je continuer?
          La reprise economique du Cameroun est UNe utopie

    • Biya is France and France is the UN. Why on earth would he anyone who is joint with France and the UN at the hip want to have monetary sovereignty? Small go for before for back!

  2. Real power is taken not given ……….world Bank isn’t there to help anyone …..need to do so yourself

  3. Unfortunately

  4. the UN , world bank , imf and others are all thieves

  5. Lending money in good business comes with well defined conditions.Whether it is a businessman/woman, a company or an entire country, there must be conditions to me.A good lender sees to it that the money lent is well used to meet the goals of the borrower, otherwise subsequent lending becomes difficult. It is also in the best interest of the borrower to put the money borrowed to the right project so that future borrowing poses no problems.

    With so many missions to Cameroon, one would expect that the World Bank actually inspects and convinces itself of the proper use of the money it lends out. Coming at this stage to raise alarms begs the question: “Where have they been and what have they been inspecting?” Surely someone had turned a blind eye to shortcomings some where along the road.

    • A similar inspection is being carried out by the African football governing body to assess the preparedness of the potential host country. This is the time to say it like it is instead of waiting till the eleventh hour and then springing surprises!

      • @JD, the botton line is CORRUPTION. Look at what is happening
        with local budgets for projects at home. What finally triggers down
        for the project, is just about half of the total. Envelops to this and
        that big man.
        Remember, that we were told that the road network from Ekok to
        Mutengene, is an African road nectwork to be financed by the WB.
        We have had that road in patches. Why? Money. Why money? The
        magu magu game.
        The masses, know about this, grumble about it, but have no force
        to fight this.
        Does anyone, know why the killings of folks who asked for water, roads
        electricity etc etc as we are living the experience? They had peace plants
        in their hands and singing aloud.
        There is this much talk about the `new world order`. In the hands of those
        same folks, it will never happen. Trust me.

    • John Dinga @ sir ,i agree ,your right ,a contestation,complaint , by a citezen of Cameroon citing negligent management of the office of the world bank and its mandate is fairly reasonable and you dont need to be a lawyer to do it.Its a reasonable enquiry and they cant refuse to answer a well prepared query either.