Home / Business / Le secteur agro-alimentaire camerounais mise sur les produits locaux

Le secteur agro-alimentaire camerounais mise sur les produits locaux

VOA | Certaines entreprises agro-alimentaires camerounaises utilisent de plus en plus de matières premières locales. Un choix encouragé par le gouvernement qui veut réduire le déficit de la balance commerciale du pays.

En 2018, le déficit de la balance commerciale du Cameroun s’est davantage creusé. Il a connu une augmentation de + 22,8% par rapport à 2017.

Cette situation est l’une des conséquences du volume des dépenses d’importation de produits tels que le blé, l’huile de palme, le sucre, le maïs, le malt, le soja ou encore les tourteaux de soja, qui entrent dans le cycle de production des industries agro-alimentaires du Cameroun.

Ces produits achetés à l’extérieur ont creusé le déficit de la balance commerciale du pays en 2018, le portant à plus de 1438 milliards de francs CFA, d’après le ministère camerounais de l’Economie, de la planification et de l’aménagement du territoire.

“Nous sommes dans un contexte de crise de devises, qui fait en sorte que l’accès à ces devises pour l’importation des intrants devient de plus en plus problématique”, rappelle Isaac Tamba, le directeur général de l’Economie et de la programmation des investissements publics au ministère de l’Economie de la planification et de l’aménagement du territoire.

Depuis février dernier, une nouvelle réglementation de change au niveau de la zone Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) impose des plafonds dans le cadre des importations de certaines denrées. Des agro-industries pourraient se retrouver dans l’incapacité d’assurer leur production et de satisfaire à la demande locale et régionale, du fait de cette nouvelle réglementation.

“Nous voulons faire savoir aux agro-alimentaires qu’il y a des produits substituts sur le plan local, par exemple pour la farine de froment, qui chaque année coûte entre 250 à 300 milliards d’importation, nous leur disons qu’il y’a des équivalents sous forme de farine de manioc, ou pourquoi pas, de farine de pomme de terre”, confie-t-il à VOA Afrique.

Dans l’une des sociétés brassicoles du Cameroun, on n’a pas attendu la crise des devises pour introduire des intrants locaux dans la fabrication de certains produits.

“Il y a dix ans, lorsque l’entreprise a commencé à parler d’utilisation des matériaux locaux, nous étions pratiquement à 5%, aujourd’hui l’entreprise est à 60% d’utilisation des intrants locaux. Nous avons une bière, nous utilisons 100% du sorgho local pour sa fabrication”, explique Steve Oyono Elemva, responsable des relations publiques des brasseries du Cameroun.

Les communautés d’agriculteurs et les centres de recherches en agronomie ont été mis à contribution pour promouvoir l’utilisation des intrants agricoles locaux par les agro-alimentaires. C’est ke cas, par exemple, du soja qui entre dans la fabrication des produits laitiers.

Selon Omer Nzuiko, directeur industriel de la société Camlait, “au début, elle importait la totalité de notre soja, mais avec le temps, on a travaillé avec l’Institut de recherche agricole pour le développement (Irad) pour développer les agriculteurs dans la région du Nord et actuellement la totalité de notre soja vient du Cameroun et nous avons accru notre production”.

Cependant, la disponibilité en quantité suffisante de ces intrants locaux fait encore problème tout comme leur inadaptation aux besoins technologiques des grandes industries, des contraintes qui interpellent le gouvernement.

“Le gouvernement est en train de prendre des dispositions pour amener l’offre en intrants locaux à des niveaux de consommation compatibles avec des capacités de production des agro-industries”, rassure Isaac Tamba, directeur général de l’économie et de la programmation des investissements publics.

Le Cameroun n’a pas encore d’unité de transformation de pointe des produits comme le poivre, l’oignon, le persil, l’amidon ou encore l’ail, des intrants importés exclusivement par des grandes industries locales.

Emmanuel Jules Ntap

Check Also

“Ta fille n’est pas ta femme”, la chanson qui secoue le Cameroun

BBC | Au Cameroun, un groupe de musiciens a reçu une récompense au parlement pour …

One comment

  1. Markets should be given Lare as where people can swap of local seeds and foodstuff, bio fuel,veg oils and natural mulch for fertilizer , off each other instead of using money ,even regions should do bi monthly swaps it would make the entire country quasi self sufficient within a year ,apart from rainy season due to the roads

nec tristique dapibus commodo Sed libero. sit ut ut leo. justo