Un humanitaire tué dans le Nord-Ouest anglophone

Le Figaro | Depuis 2017, des séparatistes anglophones combattent l’armée dans les deux régions anglophones du Cameroun, dans un conflit qui a fait au moins 3000 morts.

Un humanitaire a été tué vendredi 7 août dans le Nord-ouest du Cameroun, l’une des deux régions anglophones du pays en proie à un conflit indépendantiste, a annoncé le bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA) au Cameroun.Un membre du personnel d’une ONG locale présente dans le Nord-Ouest, partenaire de plusieurs agences des Nations Unies, «a été enlevé à son domicile puis tué par des individus armés non identifiés», a indiqué OCHA samedi dans un communiqué, précisant que les faits s’étaient déroulés dans la localité de Batibo.

À LIRE AUSSI : Français tués au Niger : le parquet antiterroriste ouvre une enquête pour assassinats
Depuis 2017, des séparatistes anglophones combattent l’armée dans les deux régions anglophones du Cameroun, le Sud-Ouest et le Nord-Ouest, dans un conflit qui a fait au moins 3000 morts et forcé plus de 700.000 personnes à fuir leur domicile, selon des ONG. «Ce meurtre est le dernier d’une série d’attaques, d’extorsion violente et de harcèlement contre des humanitaires» présents dans les régions anglophones, a ajouté OCHA.

«Je suis indignée et attristée par le meurtre d’un autre travailleur humanitaire dans la région du Nord-Ouest du Cameroun», a réagi Siti Batoul Ousein, coordonnatrice par intérim de OCHA au Cameroun. Il s’agit du deuxième meurtre d’un humanitaire en un mois au Cameroun anglophone.

Un médecin assassiné il y a un mois

Le 10 juillet, un agent de santé communautaire soutenu par Médecins Sans Frontières (MSF) avait été assassiné dans le Sud-Ouest. «La violence contre les travailleurs humanitaires n’est acceptable en aucune circonstance. Cela met en péril l’accès à une assistance indispensable pour les personnes touchées par la crise dans les régions du Sud-Ouest et du Nord-Ouest», s’est offusquée Mme Oussein.

Elle a réitéré l’appel lancé par l’ONU «à tous les acteurs armés pour qu’ils s’abstiennent de toute attaque ou obstruction à l’encontre des travailleurs humanitaires et des organismes humanitaires dont dépendent tant de vies». Dans les régions anglophones du Cameroun, les séparatistes comme les soldats sont régulièrement accusés par des ONG d’exactions contre les civils.

Check Also

US Ice officers ‘used torture to make Africans sign own deportation orders’

The Guardian | Cameroonians say officers choked, beat and threatened to kill them, as lawyers …

One comment

  1. Paul Biya and a few people around him, should answer for all that is happening in that
    part of the country. They are busy enjoying it all, and to this day, have no time to think
    of stopping it.

leo lectus Phasellus Donec id eleifend libero ipsum Donec