Home / Français / Crise anglophone au Cameroun : libération des 20 étudiants footballeurs kidnappés à Buea

Crise anglophone au Cameroun : libération des 20 étudiants footballeurs kidnappés à Buea

Jeune Afrique | Ces membres de l’équipe de football de l’université de Buea kidnappés mercredi ont été rendus à leur famille le 21 mars. Quatre millions de francs CFA auraient été réclamés pour leur remise en liberté.

Les étudiants de l’université de Buea enlevés mercredi matin ont tous été libérés le 21 mars. L’information a été confirmée par les officiels de l’établissement scolaire, qui précisent que les 20 otages ont été abandonnés par leurs ravisseurs non loin du quartier universitaire de Molyko aux alentours de 20 h 30.

Selon des sources concordantes contactées par Jeune Afrique, 4 millions de francs CFA avaient été réclamés pour la remise en liberté de ces athlètes. Difficile de savoir cependant si cette somme a été versée ou non, tant les conditions de libération de ces étudiants demeurent floues. Les désormais anciens otages indiquent avoir subi des sévices corporels, notamment de violents coups de fouet sur le dos.ADVERTISING

« C’est une tentative d’intimidation. Ils veulent nous forcer à renoncer à participer aux Jeux universitaires. Ce que nous ne ferons pas », confie un responsable de l’université de Buea sous couvert d’anonymat.

« Nous sommes juste des sportifs »

Les membres de l’équipe de football de l’université de Buea avaient, en effet, été enlevés alors qu’ils se trouvaient en stage de préparation des Jeux universitaires, prévus au mois d’avril dans la ville de Dschang (région de l’Ouest). L’incident n’a cependant pas freiné l’ardeur des autres compétiteurs, qui s’entraînaient encore ce vendredi matin sur le campus.

NOUS NE FAISONS PAS DE POLITIQUE, JUSTE DU SPORT

« Nous sommes juste des sportifs, peu importe la langue qu’on parle, ou notre origine. Nous voulons montrer de quoi nous sommes capables et rien de plus. Nous ne faisons pas de politique, juste du sport. C’est vraiment regrettable qu’on nous mêle à ce qui se passe actuellement », a confié sous anonymat un des athlètes de l’université, joint par Jeune Afrique.

Au moins deux arrestations après la disparition d’Emmanuel Ngafeson

Avec la reprise des enlèvements, la crise anglophone est de nouveau au centre de toutes les attentions. À Bamenda, l’on est toujours sans nouvelles de l’ancien secrétaire d’État chargé de l’administration pénitentiaire Emmanuel Ngafeson, enlevé à son domicile dans la nuit du 19 mars. Selon le gouverneur de la région du Nord-Ouest, les enquêtes qui ont été immédiatement ouvertes se poursuivent. « Aucun nouvel élément ne peut être mis à la disposition du public pour le moment », a indiqué Adolphe Lele Lafrique.

Le véhicule de l’ancien membre du gouvernement a été intercepté dans la ville de Bamenda ce jeudi et au moins deux personnes auraient été interpellées après cette découverte, a-t-on appris de sources proches. Ils seraient toujours exploités par les forces de défense et de sécurité.

Check Also

U-17 Africa Cup of Nations: Guinea and Cameroon reach final

BBC | The Syli Cadets of Guinea will face Cameroon in the final of the …

5 comments

  1. To take such a large number of hefty persons hostage, three things must be true:
    #1. The kidnappers must be stronger and more powerful than twenty athletes.
    #2. The kidnappers must have used a vehicle big enough to contain twenty hefty athletes.
    #3. The kidnappers must have been more powerful or more numerous than all the officers at check points along the highways.

    Unless there was complicity with the victims to keep silent or they were narcotized into somnolence, they should provide useful clues to authorities investigating the BBC kidnapping.
    They still carry out investigations, n’est-ce pas? A functioning government with units as far away as Abuja, Nigeria ought to be able to do so.

    • Kumkum Pass Garri

      @John Dinga

      #1. The kidnappers do not have to be stronger and more powerful than the hefty persons they took hostage. They just need to have a few dane guns (chah vums).
      #2. The kidnappers must not use a vehicle big enough to contain 20 hefty people. They need to have the logistical capability to transport 20 people. They must not transport the people in a vehicle.
      #3. The kidnappers do not have to be more powerful or more numerous than all the officers at the check points. The kidnapper just have to pick a route that has no check points and officers. There are many routes that the kidnappers can take to avoid passing through any check point.

      The victims do not have to be narcotized. When a terrorist points a gun at you and gives you orders you have a choice to obey him or be killed!

  2. The likes of Tchiroma, Atangha Nji, Elvis Ngole Ngole, are behind the mask and why,
    should anyone take the story like others, to blame on genuine ambaboys? And how
    did they claim the ransom if trully that is, without the authorities tracking it down.
    Anyone`s guess, should be put on the diabolic plan, to call SC terrorists and continue,
    to kill us, the dogs, that we are.
    Tibor Nagy`s coming to Cameroon, must have sent shock waves to Biya and Co.

    • Kumkum Pass Garri

      @Joshua,
      You can direct your questions to Chief Kidnapper – Akwanga Ebenezer. His militia collected more that 6.5 million francs CFA a ransom from the Claretian priests they kidnapped! Akwanga vowed that he will not return the money to the priest when he was challenged by Theodore of Cry out TV to return the funds.

      You, Joshua posted comments on this forum asking why Atanga Nji’s house was still standing? You are a terrorist and you can not pretend that you are not involved in the kidnappings taking place in Cameroon.
      The reason Atanga Nji’s houe is still standing is because you ambazombie terrorists are dumb cowards who are focused on terrorizing and extorting cash from the vulnerable people of the North West and South West!

dolor. et, tristique dictum ante. ipsum massa eleifend ut Nullam dolor