L’imbroglio à la Fécafoot autour du sélectionneur se poursuit de plus belle

RFI | Les suites de la passe d’armes entre la Fecafoot de Samuel Eto’o et le gouvernement. Bras de fer sur fond de préparation des matches à venir, contre le Cap-Vert et l’Angola, les 8 et 11 juin prochains. Le ministre des Sports a tenu ce mercredi 29 main une réunion en présence de Marc Brys et de son staff. La Fédération camerounaise de football, qui a nommé mardi 28 mai un nouvel encadrement technique à la tête des Lions indomptables, était présente à cette concertation. Narcisse Mouelle Kombi a demandé à la Fecafoot de collaborer avec le sélectionneur Brys pour les prochaines rencontres. 

À moins de deux semaines des rencontres face au Cap-Vert et à l’Angola, la sélection nationale du Cameroun a deux staffs techniques. Un fait inédit, observe notre correspondant à Yaoundé, Joël Wadem.

Pour avoir tenu tête à Sameul Eto’o, Marc Brys a été limogé de son poste de sélectionneur à l’issue du comité d’urgence tenu mardi. Lui sont reprochés des propos irrévérencieux à l’endroit du président de la Fecafoot.

La Fédération accuse également le Belge d’avoir refusé d’assister à une réunion, d’avoir publié une liste de joueurs et organisé une conférence de presse sans son accord.

Autre grief, le refus de Marc Brys de communiquer son programme d’entraînement et la communication dans les délais de la liste définitive des joueurs pour les deux prochains matches.

C’est l’ancien l’ancien sélectionneur des A primes, Martin Ndtoungou Mpile, qui assurera l’intérim. Cette décision de la Fecafoot a donc de quoi encore accentuer le conflit avec sa hiérarchie.

Sauf que pour le ministre des Sports, c’est l’encadrement qu’il a nommé le 2 avril qui est le seul valable. Du coup, ce mercredi, Narcisse Mouelle Kombi a instruit la Fecafoot de collaborer avec Marc Brys pour le bien des Lions indomptables.

« Il s’agira d’assurer de bonnes conditions de travail à l’entraîneur-sélectionneur Marc Brys, par la mise à disposition du matériel didactique et des équipements sportifs nécessaires », a-t-il ordonné.

La Fédération camerounaise de football était représentée à cette réunion par Prosper Nkou Mvondo, membre de son comité exécutif. « Nous avons participé aux débats », a-t-il en effet confirmé.

« Ce jour-là (le 8 juin, NDLR), au banc de touche des Lions indomptables du Cameroun, il y aura un coach », a-t-il martelé. Dont acte, mais lequel ? Marc Brys ? Ou Martin Ndtoungou Mpile, que vient de nommer Samuel Eto’o ?

Pour Cyrille Tollo, conseiller du ministre des Sports, « il n’y a qu’un seul staff », à savoir celui de « M. Brys et ses collaborateurs, nommés par le chef de l’État. Il n’y en a pas d’autre, et il n’y en aura pas. Ce staff va continuer de travailler. »

On devrait y voir un peu plus clair ce jeudi. Le camp de l’ancien capitaine de la sélection a promis la publication de la liste de 26 joueurs sélectionnés pour les deux prochaines confrontations du Cameroun.

La dernière communication en date émane de la Fédération. Elle a convoqué, précisément, les médias jeudi matin, en vue d’une conférence de presse avec Martin Ndtoungou Mpile, nommé à l’intérim mardi soir tard.

Or, si la Fecafoot publie effectivement la liste tant attendue, on assistera à un blocage total, et il faudra alors une intervention de la Fédération internationale, la Fifa, pour sortir le Cameroun de ce mauvais pas.

Cette cacophonie autour de l’encadrement des Lions indomptables aura quoi qu’il en soit, certainement, une mauvaise influence sur les prestations à venir de l’équipe nationale du Cameroun.

Un conflit qui, pour rappel, est devenu de plus en plus surréaliste lorsque l’on a appris la vive altercation qui avait opposé entre Marc Brys et Samuel Eto’o avant une réunion. Un accrochage de surcroît filmé et devenu viral sur les réseaux sociaux.

Christophe Diremszian, du service des sports de RFI, rappelle que les images montrent Samuel Eto’o avoir un échange musclé avec le Belge, arrivé à la réunion avec un représentant du ministère des Sports jugé indésirable et chassé par l’ancienne star du Barça et de l’Inter.

Check Also

Embezzlement Scandal at SOPECAM: 300 Million FCFA Missing

SOPECAM is in turmoil following a significant financial scandal. According to Cameroon Magazine, Marthe Ngo …

One comment

  1. Les media camerounias qui critiquent Samuel Eto’o devraient avoir honte- OK, c’est leur prerogative. Cependant, le Belge se comporte comme dans le bon vieux temps. En Europe, et a l’Ouest en general, ce sont les presidents de federations/associations qui nomment les entraineurs nationaux. Meme si c’est le gouvernement qui finance, il devrait se tenir a ‘ecart ne serait-ce que dans l’interet national. Au mieux, votre MINSEP devrait mettre sur pied une equipe d’audition dediee aux finances de la FECAFOOT. L’ingerence systematique et systemique du gouvernement dans les affaires de la FECAFOOT n’est que le reflet de la culture de corruption qui detruit le pays plus de 40 ans. Le Cameroon a erecule de plus de 40 ans au lieu de progresser. Et Biya continuent a regarder avec amusement?